Révocation pour manquements graves aux devoirs de policier municipal

Droits et obligations

En cette journée de la femme, revenons sur la révocation d’un policier municipal auquel il était notamment reproché des gestes déplacés envers sa supérieure hiérarchique et plusieurs autres collègues féminins.

À l’occasion d’un litige relatif à la révocation d’un agent, la cour administrative d’appel de Lyon a confirmé la légalité de la sanction infligée par le maire de Lyon. D’autant que le policier municipal en cause ne contestait plus en appel l’exactitude matérielle des faits qui lui étaient reprochés et qui ont consisté « en des gestes déplacés envers sa supérieure hiérarchique et plusieurs autres collègues féminins, en un abandon de poste, des absences injustifiées, plusieurs manquements au devoir d’obéissance à des ordres dont il n’est pas établi qu’ils étaient manifestement illégaux et de nature à compromettre gravement un intérêt public, des manquements à ses obligations de loyauté, plusieurs manifestations d’insubordination et de méconnaissance des règles internes à l’organisation du service ».

Cumul de manquements graves

Pour la cour, l’ensemble de ces agissements constitue bien « des manquements graves aux devoirs qui incombent à un policier municipal ». Dès lors, eu égard à l’ensemble et à la gravité des fautes commises, « le maire de Lyon n’a pas fait une appréciation erronée de ces fautes en prononçant à l’encontre de l’intéressé la sanction de révocation ». Le fait que l’agent ait précédemment fait l’objet d’appréciations favorables, qu’il n’a pas agi par intérêt personnel, ni retiré un profit pécuniaire des faits qui lui sont reprochés, ne remet pas en cause la sanction qui lui a été infligée.

Franck Vercuse

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Tous les articles juridiques