Une indemnité exceptionnelle pour les directeurs d’école en poste à la rentrée 2020

Éducation

À partir de novembre 2020, les 45 000 directeurs d’écoles en fonction au cours du mois de septembre percevront une indemnité de responsabilité.

Un décret du 14 octobre 2020 entérine l’attribution d’une indemnité de responsabilité aux directeurs d’école pour la rentrée 2020. Le gouvernement a fixé son montant à 450 euros, qui seront versés en une seule fois. Allouée au titre de l’année scolaire 2020-2021 aux directeurs d’école primaire, élémentaire ou maternelle, mais aussi aux enseignants régulièrement désignés pour assurer l’intérim de ces directeurs, cette indemnité de responsabilité vise « à reconnaître leurs attributions spécifiques au moment de la rentrée scolaire ». Seule condition à son versement : avoir été en poste au cours du mois de septembre. Ainsi, à partir de novembre, les 45 000 directeurs d’écoles en fonction au cours de ce mois de septembre 2020 percevront cette indemnité, indique le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

« L’investissement des directeurs et directrices d’école pendant la période d’urgence sanitaire a été essentielle pour maintenir le lien avec la communauté éducative, pour proposer aux élèves une véritable continuité pédagogique et pour leur permettre de reprendre progressivement le chemin de l’école. Il l’a été encore plus au moment de la rentrée scolaire, qui constitue tous les ans une période très chargée, et qui a été réussie cette année, malgré des conditions exceptionnelles du fait de la crise sanitaire », explique Jean-Michel Blanquer pour justifier l’instauration de cette « prime exceptionnelle ». De fait, les missions confiées aux directeurs d’école, « essentielles au bon fonctionnement du service public de l’éducation », sont multiples et se sont accrues au cours des dernières années (pilotage pédagogique, fonctionnement de l’école, relations avec les parents et les partenaires de l’école).

« Marque de reconnaissance », cette prime de responsabilité est donc une première étape, promet le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. L’agenda social désormais engagé par le ministère doit notamment permettre d’approfondir les travaux relatifs aux conditions d’exercice des fonctions de directeur d’école et « comprendra un volet relatif à la reconnaissance financière ».

Posté le par

Recommander cet article