Un refus d'exécution justifie la résiliation pour faute du marché

Exécution des marchés

Le refus d’exécuter des ordres de service régulièrement notifiés, et qui étaient prévus par les prescriptions techniques du marché, justifie la résiliation simple pour faute d’un marché de travaux.

Les travaux ordonnés ne constituaient pas des changements dans les besoins ou les conditions d’utilisation de l’ouvrage de nature à justifier un refus d’exécution. Le choix du maître de l’ouvrage de prononcer la résiliation simple, et non aux frais et risques du titulaire, est sans incidence sur le droit de l’État à être indemnisé des conséquences dommageables de l’interruption des travaux, dès lors que ces conséquences sont antérieures à la résiliation des marchés.

 

Texte de référence : CAA Paris, 4e chambre, 3 octobre 2017, n° 16PA01418, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Comment réunir des conseils municipaux et communautaires pendant l'état d'urgence sanitaire en 2021 ? Élus

    Comment réunir des conseils municipaux et communautaires pendant l’état d’urgence sanitaire en 2021 ?

    20/01/21
    Dans quelle mesure le projet de loi déposé le 13 janvier 2021 autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire, s‘il est adopté en l'état, va-t-il prolonger les mesures dérogatoires en matière de réunions des conseils municipaux et communautaires ?
  • Quelle indemnité de départ volontaire (IDV) pour les fonctionnaires en 2021 ? Fonction publique

    Quelle indemnité de départ volontaire (IDV) pour les fonctionnaires en 2021 ?

    14/01/21
    À l'heure de l'expérimentation de la rupture conventionnelle dans la fonction publique, est-ce qu'un fonctionnaire1, désireux de quitter la fonction publique, conserve un grand intérêt à demander une indemnité de départ volontaire (IDV) ?
  • Chômage et rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale, où en est-on ? Fonction publique

    Chômage et rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale, où en est-on ?

    18/12/20
    La loi du 6 août 2019 et deux décrets pris le 31 décembre 2019 ont instauré la rupture conventionnelle, comme mode de départ d’un agent public. Si ce dernier accepte ce mode de rupture, il pourra bénéficier de l'allocation chômage. Beaucoup d’incertitudes demeurent aujourd’hui sur la mise en place de ce dispositif.
  • Tous les articles juridiques