Sur le recalcul de la CFE, la CGPME estime avoir été « entendue »

Finances locales

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) a estimé mardi 27 novembre 2012 avoir été « entendue » sur la question de la contribution foncière des entreprises (CFE) au lendemain de l’adoption par le Sénat d’un amendement prévoyant de la recalculer pour les petites entreprises.

Le Sénat a voté lundi 26 novembre 2012 un amendement prévoyant que les collectivités puissent exceptionnellement, et si elles le souhaitent, organiser une nouvelle délibération fixant le montant de la CFE qui a atteint pour certaines entreprises des sommes astronomiques.

« La CGPME s’est massivement mobilisée pour alerter les pouvoirs publics sur l’explosion de la cotisation foncière des entreprises (CFE) (…) et a été entendue », a estimé la Confédération dans un communiqué. « Concrètement les contribuables n’acquitteront que la cotisation résultant de l’éventuelle nouvelle délibération », rappelle la CGPME, encourageant les chefs d’entreprises à « obtenir une nouvelle délibération ».

De nombreuses sociétés ont constaté en recevant leur avis d’imposition une explosion de la CFE, qui, depuis 2010, avec la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, a remplacé la taxe professionnelle.

En vertu de l’amendement voté par le Sénat, la perte des recettes pour les collectivités est compensée par une majoration de la dotation globale de fonctionnement, versée par l’État aux collectivités.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum