Police municipale : recrutement et promotion des agents

Fonction publique

Comme pour tout fonctionnaire territorial, le recrutement et l’avancement d’un policier municipal ne se prend pas à la légère.

Le commissariat de votre ville vient de fermer, la petite délinquance se développe, à tel point que votre adjoint à la sécurité passe chaque semaine à la télévision locale ? Il est peut-être temps d’envisager de prendre la sécurité de vos administrés à bras-le-corps, et d’étoffer vos effectifs de police municipale. Mais attention, on ne recrute pas un agent de police à la légère. Voici donc quelques « trucs » pour ne pas rater le coche.

À chaque ville son contexte, et à chaque ville sa police municipale. Le travail d’un agent ne sera pas le même selon qu’il s’agit d’une petite ville calme ou d’une grande métropole bouillonnante. Avant de recruter un nouvel agent, veillez donc à bien définir le profil recherché, un agent maniant le scooter des mers étant relativement peu utile si votre commune se situe en Bourgogne. Chacun a ses qualités, certains sont polyvalents, d’autres très spécialisés, il faut donc s’assurer que votre annonce présente bien le poste à pourvoir, afin de ne pas faire perdre leur temps – ni le vôtre – aux candidats aux profils incohérents. Et ainsi éviter de voir l’inspecteur Harry postuler à un poste d’îlotier. Définir des critères précis permettra aussi d’éviter d’écarter des candidats pour des raisons peu louables : nécessiter de l’expérience vous évitera par exemple d’être attaqué par un candidat se sentant discriminé sur son jeune âge.

Une fois les entretiens entamés, les candidats devront se voir poser les mêmes questions sur leur personnalité, puis sur le poste, leurs compétences et leur vision du métier. Chacun des membres notant ses impressions sur une grille d’évaluation identique, avant de les échanger oralement une fois le candidat sorti.
Une fois le meilleur candidat objectivement et posément sélectionné, ne reste qu’à lui souhaiter la bienvenue dans votre équipe !
 

La promotion des agents

L’agent recruté, et sa carrière chez vous bien entamé, il est fort probable qu’il ambitionne de gravir les échelons. Après quatre ans de service, il peut ainsi devenir brigadier et, deux ans plus tard, brigadier-chef principal, pour peu qu’il ait bien suivi la formation préalable obligatoire au CNFPT.
Si l’agent souhaite passer chef de service, et donc intégrer la catégorie B, trois solutions : passer le concours de chef de service, passer l’examen professionnel, après huit ans de service et si toute la formation continue obligatoire a bien été effectuée, ou être brigadier-chef principal depuis dix ans au moins, en ayant là encore réalisé l’ensemble de la formation continue obligatoire. Examens professionnels et tableaux d’avancement permettent ensuite de devenir chef de service principal de seconde puis de première classe.

Enfin, si l’agent devenu chef de service souhaite devenir directeur de police municipale, il lui faut là encore passer soit le concours, soit l’examen professionnel. Dans ce second cas, il lui faut être âgé d’au moins 38 ans, avoir dix ans d’expérience minimum, dont cinq comme chef de service.
N’oubliez pas que c’est le maire qui reste libre de promouvoir ou non ses agents selon le tableau d’avancement, que c’est une possibilité pour le premier élu, et en aucun cas une obligation.

 

 

Conseils et informations extraits de l’ouvrage Police municipale à paraître prochaînement chez Weka éditions.*

Photo : Wikimedia

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum