Services communication des communes : plus de travail, moins d’effectifs…

Fonction publique

Les missions confiées aux communicants publics augmentent, toutefois les budgets et les effectifs restent relativement stables au sein des services ou directions de la communication.

Selon l’enquête métiers de Cap’com et Occurence, lancée en partenariat avec le Conseil national de la fonction publique territoriale (CNFPT), 83 % des communicants publics territoriaux considèrent que leurs missions ont augmenté. Les services ont généralement en charge les publications (97 %), les relations presse (89 %) et l’événementiel (85 %). Les deux tiers gèrent également les nouvelles technologies et la communication interne. La moitié des services assurent aussi la communication des élus (discours, éditoriaux…) et plus d’un tiers la fonction documentation.

La mission des services communication poursuit deux objectifs : rendre compte des politiques publiques et délivrer des informations pratiques sur les services publics. Les communes assurent aussi l’animation et la mobilisation des habitants. Huit communicants interrogés sur dix estiment que les missions évolueront beaucoup, ces prochaines années, aussi bien en matière de stratégie (78 %) que d’objectifs (71 %). Management des réseaux sociaux, marketing territorial, mais aussi participation des habitants et concertation locale devraient ainsi prendre davantage d’importance.
 

Des effectifs modestes

Pour autant, en regard des responsabilités, l’effectif reste modeste : 40 % des services n’ont pas plus de trois personnes (huit, en moyenne, dans les communes de plus de 5 000 habitants). Les budgets sont, eux aussi, restés stables. Toutefois, les intercommunalités déclarent en hausse leur budget (39 %) et leurs effectifs (29 %).

L’enquête Cap’com révèle que plus des deux tiers des communicants publics ont un niveau Bac + 4, tendance qui devrait se renforcer dans les prochaines années, les plus jeunes étant plus diplômés. En effet, 74 % des moins de 35 ans ont un niveau Bac + 4 (55 % pour les plus de 45 ans).

Près de deux tiers des communicants territoriaux appartiennent à la catégorie hiérarchique « A », contre 8 % dans l’ensemble de la fonction publique territoriale. Avec plus des deux tiers des effectifs (69 %), la profession se féminise. Quant aux salaires médians, ils s’élèvent entre 35 000 et 40 000 euros brut par an, primes et avantages inclus, pour un directeur de service communication de collectivité, à 30 000 euros pour un responsable de communication et de 20 000 à 25 000 euros pour les chargés de communication.

Marie Gasnier

Enquête en ligne du 10 octobre au 14 novembre 2011, lancée auprès de 5 000 communicants de collectivités locales ; 588 d’entre eux, représentant 532 collectivités, ont répondu.

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum