Modalités de calcul du pourvoi contre une décision

Fonction publique

L’arrêt du Conseil d’État du 3 décembre 2018 est relatif au calcul du délai de deux mois pour se pourvoir contre une décision.

Le délai de deux mois pour se pourvoir contre une décision implicite de rejet de la demande d’un agent public court dès la naissance de cette décision, alors même que l’administration n’a pas accusé réception de la demande, les dispositions de l’article L. 112-3 du Code des relations entre le public et l’administration n’étant pas applicables aux agents publics. Ce n’est que dans le cas où, durant ce délai de deux mois, l’auteur de la demande reçoit notification d’une décision expresse de rejet qu’il dispose alors d’un nouveau délai pour se pourvoir, à compter de cette notification.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 1re chambre, 3 décembre 2018, n° 417292, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques