Création effective de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS)

Management

Un décret et un arrêté annoncent la création officielle de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) ce 26 janvier. Elle succède à la Direction générale de l’action sociale (DGAS), tout en disposant de compétences élargies.

Le décret n° 2010-95 du 25 janvier 2010, publié au Journal officiel d’aujourdhui, entérine, enfin, la création de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), annoncée depuis plusieurs mois. La nouvelle DGCS est chargée de la conception, du pilotage et de l’évaluation des politiques publiques de solidarité, de développement social et de promotion de l’égalité favorisant la cohésion sociale. Elle veille à la cohérence nationale et territoriale de ces politiques. La DGCS est, également, chargée de définir les politiques de qualification, de certification, de professionnalisation et de développement de l’emploi des travailleurs et des intervenants sociaux.

Parmi ses autres missions, la DGCS :

  • définit le cadre général d’intervention des professionnels du secteur social et médico-social et des organismes prestataires de services ;
  • encadre la politique salariale et agrée les conventions collectives et accords de travail des établissements et services sociaux et médico-sociaux privés à but non lucratif ;
  • élabore la réglementation relative à la création, à l’organisation, au fonctionnement et à la tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux ;
  • veille à la qualité des établissements, des services et des prestations, ainsi qu’au respect des droits des usagers, notamment au travers de la mise en œuvre d’une  politique de contrôle.

Enfin, la nouvelle direction est chargée de l’élaboration des règles relatives à l’aide sociale.

Parallèlement, un arrêté du 25 janvier, publié dans la même édition du Journal officiel, fixe l’organisation de la direction générale de la cohésion sociale. Ainsi, la DGCS comprend trois services :

  • Le service des politiques sociales et médico-sociales.
  • Le service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes.
  • Le service des politiques d’appui. Il conçoit et pilote les  politiques transversales relatives à l’organisation et à la modernisation du secteur social et médico-social, ainsi qu’à la formation et à l’emploi des professionnels de ces secteurs.

Le directeur général de la cohésion sociale est Fabrice Heyriès, qui était le directeur général de l’action sociale.

Textes de référence :

Décret n° 2010-95 du 25 janvier 2010 relatif à l’administration centrale des ministères chargés des Affaires sociales et portant création d’une direction générale de la cohésion sociale

Arrêté du 25 janvier 2010 portant organisation de la direction générale de la cohésion sociale en services, en sous-directions et en bureaux

L'analyse des spécialistes

  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • Tous les articles juridiques