Recrutement d'un fonctionnaire et vacance d'emploi

Management

À l’occasion d’une question parlementaire, le ministère de l’Intérieur rappelle que la nomination d’un fonctionnaire sur un poste ne peut avoir lieu qu’après la publicité de la vacance de celui-ci.

Interrogé par Jean-Louis Masson, le sénateur de la Moselle, sur la faculté, pour un président de communauté de communes, de décider du choix de la personne recrutée avant la publicité de la vacance du poste, le ministère de l’Intérieur a répondu par la négative.

Recrutement direct

La législation autorise les collectivités territoriales, dans des cas limitativement énumérés, « à se soustraire des règles de recrutement de droit commun » afin de désigner librement sur certains emplois de direction un agent non titulaire, « dès lors qu’il satisfaisait aux conditions de diplômes et de capacité », indique le ministère. C’est par exemple le cas pour les emplois de directeurs généraux des établissements publics dont les caractéristiques et l’importance le justifient.

Publicité obligatoire

Toutefois, précise le ministère de l’Intérieur, « ce dispositif ne dispense pas la collectivité de procéder aux opérations de publication de vacance d’emploi auprès du centre de gestion ». Dans ces conditions, si un président de communauté de communes peut librement décider du  choix de la personne recrutée, « il ne peut prononcer sa nomination qu’après avoir déclaré l’emploi vacant auprès du centre de gestion ».

Franck Vercuse

Texte de référence : Question parlementaire n° 04244, réponse du ministère de l’Intérieur, JO Sénat du 4 février 2010

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques