Covid-19 : comment garantir la sécurité sanitaire des chantiers de travaux publics ?

Marché public de travaux

Au regard de l’épidémie sanitaire liée au Covid-19, un guide élaboré par l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) et qui a reçu l’agrément des ministères du Travail, de la Transition écologique et solidaire, de la Ville et du Logement, des Solidarités et de la Santé, préconise la liste des mesures à mettre en œuvre sur les chantiers, dans les bureaux et les entrepôts, en complément des mesures sanitaires édictées par les pouvoirs publics.

Selon ce document, les entreprises doivent respecter strictement les préconisations du guide pendant toute la période de confinement décidée par les autorités, et à défaut de pouvoir le faire, stopper leur activité sur les travaux concernés.

Désigner un référent Covid-19 pour l’entreprise et par chantier

Pour chaque opération, quelle que soit sa taille, le maitre d’ouvrage formalise, après analyse, le cas échéant par le maître d’œuvre et le coordonnateur SPS (lorsque l’opération est soumise à ce dispositif), en accord avec les entreprises intervenantes, une liste des conditions sanitaires afin de s’assurer que les différents acteurs pourront mettre en œuvre et respecter dans la durée les mesures complémentaires édictées. Pour ce faire, outre les mesures barrières générales connues, il est conseillé au maître d’ouvrage de désigner un référent Covid-19 chargé de coordonner les mesures à mettre en œuvre. Il convient de contrôler strictement l’accès des salariés et autres intervenants en entreprise et sur chantier. Il faut refuser l’accès et faire rester chez soi avec le port d’un masque chirurgical toute personne présentant des symptômes de maladie, en particulier toux, température, perte d’odorat et/ou du goût.

Pour les opérations relevant de la coordination SPS, le coordonnateur a un rôle central. Il met à jour le programme visant à définir les mesures de prévention de l’épidémie sur le chantier dans le cadre des exigences du guide et le respect des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires. Le coordonnateur SPS doit pouvoir assurer sa mission, y compris les visites régulières du chantier, limiter autant que se peut la coactivité et préciser les conditions de respect des mesures sanitaires dans le cas où la coactivité n’est pas évitable.

Des consignes particulières à prévoir

Le guide liste une liste de fournitures à prévoir pour le respect des consignes sanitaires parmi laquelle on peut citer l’utilisation de désinfectants et lingettes efficaces, la mise à disposition d’essuie-mains jetables, de poubelles à pédale et couvercle pour jeter les consommables d’hygiène après usage, de sacs à déchets et enfin de gants usuels de travail. Pour les bureaux, dépôts et ateliers, il faut encourager au maximum le télétravail afin d’avoir le strict minimum de personnels présents sur site. Ensuite, les bases-vie ou les bungalows de chantier sont des espaces de contact et d’échange où l’organisation des présences et déplacements doit faire l’objet d’une attention soutenue. Il convient d’y assurer un affichage fort et visible des consignes sanitaires ou encore d’y installer si possible des lieux de réunion, de repos et de pause en extérieur.

Enfin, concernant l’exécution des travaux mêmes, les conditions actuelles d’intervention présentent des risques de conditions opérationnelles dégradées en raison d’absence de personnel, de matériel, de sous-traitant ou autre ressource habituelle des opérations. Une attention particulière doit donc être portée sur tous les risques « traditionnels » des chantiers, et en particulier les risques de chute, de heurt, ceux liés à l’électricité, aux engins, aux produits chimiques, au port de charge et aux postures.

Dominique Niay

Source : Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de coronavirus Covid-19, avril 2020

Posté le par

Recommander cet article