Candidats : le protectionnisme exclu des critères de choix

Passation des marchés

Dans une réponse parlementaire du 7 septembre 2010, le ministère de la Défense a rappelé que les acheteurs publics ne peuvent utiliser un critère de choix des candidats fondé sur le principe de la préférence nationale.

« D’une manière générale, les achats réalisés par le ministère de la défense se conforment aux procédures décrites par le code des marchés publics qui ne permet pas d’instaurer un critère de choix des candidats fondé sur un quelconque principe de préférence nationale », a répondu par écrit le ministère de la Défense au député de Moselle André Wojciechowski (UMP) qui s’inquiétait de l’achat, pour les soldats, de brodequins produits en Tunisie.

Si l’entreprise choisie « s’engage à respecter les clauses liées au respect d’obligations diverses, notamment les protocoles de l’organisation internationale du travail, il n’est pas légalement possible de l’écarter, même si sa production est localisée à l’étranger ».

Dans ce marché, le ministère de la Défense avait retenu un critère technique et un critère prix et choisi deux fournisseurs, un fabricant et un importateur, tous deux français, proposant une production localisée en Tunisie et en Slovénie.

Pour le ministère, réserver des marchés à un nombre retreint de fournisseurs nationaux présente un danger. Cela « pourrait avoir pour conséquence une stagnation technique des offres ou la fixation de prix excessifs par rapport au service rendu ».

Bénédicte Rallu

Source Internet :

 

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques