Prime aux candidats : trouver la juste compensation financière

Passation des marchés

Interrogé sur l’article 49 du Code des marchés publics (CMP) et l’attribution de primes aux candidats, le ministère de l’Économie considère qu’il y a investissement significatif de la part des candidats lorsque leurs charges sont supérieures à celles d’une consultation classique. Aux acheteurs de faire leurs calculs et d’accorder des compensations adéquates !

À quelle hauteur indemniser des candidats à une consultation pour laquelle un pouvoir adjudicateur exige des échantillons, des maquettes ou des prototypes ? L’article 49 du CMP, qui régit cette question, indique seulement que « lorsque ces demandes impliquent un investissement significatif pour les candidats, elles donnent lieu au versement d’une prime ». Le député de l’Ain Xavier Breton (UMP) a bien tenté de pousser le ministère de l’Économie à donner une définition claire de cet investissement significatif. Les acheteurs resteront sans doute sur leur faim.

Il faut, selon Bercy, que « les charges provoquées par la présentation d’échantillons, de maquettes ou de prototypes [soient] sensiblement plus élevées que celles généralement supportées par les candidats aux marchés publics pour lesquels aucune précision du contenu de l’offre n’est demandée ». Autre aspect, le ministère estime que les charges sont lourdes lorsque la différence de coût « aurait pour effet de dissuader les candidats potentiels de participer à la consultation ».

Mais les acheteurs vont devoir sortir leur calculette estimative car « il appartient au pouvoir adjudicateur de déterminer le niveau de la prime en fonction du montant du marché et de l’investissement supporté par les candidats dans l’élaboration de leur offre afin d’assurer une juste compensation financière du coût des échantillons fournis »…

Bénédicte Rallu

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques