Prime aux candidats : trouver la juste compensation financière

Passation des marchés

Interrogé sur l’article 49 du Code des marchés publics (CMP) et l’attribution de primes aux candidats, le ministère de l’Économie considère qu’il y a investissement significatif de la part des candidats lorsque leurs charges sont supérieures à celles d’une consultation classique. Aux acheteurs de faire leurs calculs et d’accorder des compensations adéquates !

À quelle hauteur indemniser des candidats à une consultation pour laquelle un pouvoir adjudicateur exige des échantillons, des maquettes ou des prototypes ? L’article 49 du CMP, qui régit cette question, indique seulement que « lorsque ces demandes impliquent un investissement significatif pour les candidats, elles donnent lieu au versement d’une prime ». Le député de l’Ain Xavier Breton (UMP) a bien tenté de pousser le ministère de l’Économie à donner une définition claire de cet investissement significatif. Les acheteurs resteront sans doute sur leur faim.

Il faut, selon Bercy, que « les charges provoquées par la présentation d’échantillons, de maquettes ou de prototypes [soient] sensiblement plus élevées que celles généralement supportées par les candidats aux marchés publics pour lesquels aucune précision du contenu de l’offre n’est demandée ». Autre aspect, le ministère estime que les charges sont lourdes lorsque la différence de coût « aurait pour effet de dissuader les candidats potentiels de participer à la consultation ».

Mais les acheteurs vont devoir sortir leur calculette estimative car « il appartient au pouvoir adjudicateur de déterminer le niveau de la prime en fonction du montant du marché et de l’investissement supporté par les candidats dans l’élaboration de leur offre afin d’assurer une juste compensation financière du coût des échantillons fournis »…

Bénédicte Rallu

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques