Des étudiants en fin d’études de médecine en renfort des médecins installés

Santé

L’ARS Occitanie déploie un dispositif permettant à un étudiant en fin d’études de médecine d’exercer en tant qu’adjoint d’un médecin libéral.

Lorsqu’elle constate un déséquilibre entre l’offre de soins et les besoins de la population dans certains territoires de la région Occitanie, l’Agence régionale de santé (ARS) active un nouveau dispositif permettant à un étudiant en fin d’études de médecine d’exercer en tant qu’adjoint d’un médecin libéral.

Ainsi, pour le territoire concerné, l’ARS mobilise le conseil départemental de l’Ordre des Médecins afin qu’il autorise un étudiant de 3e cycle des études médicales à exercer comme adjoint d’un médecin du territoire (au titre des articles D. 4131-1 et suivants du Code de la santé publique).

Cette mesure « exceptionnelle » vient en complément des actions menées par l’ARS, qui accompagne l’installation des médecins dans le cadre de la politique nationale du Pacte Territoire Santé.

Grâce à ce dispositif, un médecin du territoire concerné peut bénéficier de l’aide ponctuelle, limitée dans le temps, d’un étudiant de 3e cycle de médecine générale. Selon l’ARS, cela permet de répondre à un afflux exceptionnel de population dû à une activité touristique très importante ou, à l’inverse, à une désertification médicale significative.

Au mardi 1er août, quatre territoires d’Occitanie bénéficiaient de cette autorisation pour répondre à leurs besoins avec le concours d’adjoints de médecins :

  • Le quartier prioritaire de Narbonne Saint-Jean Saint-Pierre (Aude)
  • Le secteur de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude)
  • Le secteur de Carmaux (Tarn)
  • Le secteur de Saint-Gaudens (Haute-Garonne).

L’ARS poursuit l’analyse des besoins pour envisager le déploiement de ce dispositif dans tous les autres départements de la région, précise l’Agence.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum