Stationnement à Paris : la gestion des parcmètres confiée au privé

Sécurité

La gestion des parcmètres et des amendes dans les rues de Paris va être confiée au privé à partir de 2018, a décidé lors d’un vote mardi 8 novembre le Conseil de Paris, très divisé sur le sujet y compris au sein de la majorité municipale.

La gestion des 140 000 places de parking en surface, divisés en trois lots, fera ainsi l’objet d’un appel d’offres au terme de l’élaboration d’un cahier des charges précis à discuter dans les prochains mois. Ses opposants ont dénoncé une « privatisation ».

Cette réforme est permise par la loi sur les métropoles (loi Maptam) qui municipalise à partir du 1er janvier 2018 la gestion du stationnement et donne aux communes le pouvoir de fixer l’amende.

Elle doit permettre à la ville d’une part de s’assurer d’un meilleur recouvrement des frais de stationnement, selon l’exécutif parisien. Seuls en effet 9 % des automobilistes payent leur parcmètre, occasionnant un manque à gagner estimé chaque année à 300 millions d’euros. L’autre objectif est d’affecter les agents de sécurité revenant dans le giron parisien à des missions plus valorisantes, lutte contre les incivilités, surveillances diverses, etc.

Elle s’appuie également sur le projet de réforme du statut de Paris, actuellement devant le Parlement, qui va permettre à la ville de Paris de récupérer dans le giron municipal quelque 1 600 ASP (Agents de sécurité de Paris) aujourd’hui agents de l’État.

Cette réforme a été votée au terme de tractations de dernière minute par 74 voix pour (socialistes et radicaux de gauche), 68 contre (communistes, Parti de Gauche et Les Républicains) et 13 abstentions (écologistes). L’UDI-MoDem avait laissé la liberté de vote à ses élus.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum