Revitaliser les centres-villes, des exemples d’actions

Urbanisme

Commerce, tourisme, plans de déplacement, réorganisation du stationnement… Les communes multiplient les initiatives pour lutter contre la désertification de leur cœur de ville.

Redynamiser les centres-villes, délaissés au profit de la périphérie et dont le délabrement s’accroît, devient urgent. Villes de France, qui regroupe près de six cents villes et agglomérations de 20 000 à 100 000 habitants, en a fait le thème de son manifeste, présenté le 15 mars à Paris. L’occasion, pour certaines communes, de faire valoir leurs actions en faveur du retour des familles et des commerces en cœur de ville.

Constatant la désaffection des consommateurs, qui préfèrent acheter dans les centres commerciaux en périphérie plutôt qu’en ville, Beauvais a choisi d’en implanter un précisément en pleine ville dans un quartier commerçant. Les habitants peuvent aussi faire du shopping dans les rues commerçantes alentour, en rentrant chez eux notamment. Un nouvel arrêt de bus a été créé et un parking de 830 places, gratuit pendant une heure et demie, supprime la contrainte du stationnement, à l’égal des zones commerciales ; un service indispensable pour les acheteurs. Le rayonnement d’un centre commercial peut cependant nuire aux petits commerçants ; le gestionnaire du centre les aide à rénover leurs locaux, par l’intermédiaire d’un fonds de soutien de 100 000 euros. La moitié de leurs travaux peut ainsi être financée, avec un plafond de 3 000 euros.

La ville historique de Cahors comporte des logements et des locaux exigus, autour de rues étroites qui laissent peu de place au stationnement. La commune souhaite « redonner l’envie aux familles de réinvestir le cœur de la ville grâce à différentes actions, et de retrouver des équilibres entre générations ». Son projet urbain « Cœur d’agglo » comprend un secteur sauvegardé très dégradé (30 hectares en centre-ville). Un projet d’envergure qui traite le territoire dans son ensemble, à la fois dans le Scot et dans le PLU : plan de déplacements urbains, stationnement, piscine, cinéma, médiathèque, aménagements urbains, nouveaux logements… Une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) est également prévue dans tout le centre-ville.

Citons également Lisieux, qui mise sur le tourisme religieux. Deuxième lieu de pèlerinage après Lourdes (700 000 visiteurs chaque année), la commune a créé un itinéraire qui leur permet de se rendre dans les différents lieux de culte de la vie de Sainte-Thérèse tout en passant par le centre. Malgré cela, un visiteur sur quatre seulement se rend au centre-ville. Les pèlerins seront désormais accueillis entre la basilique et la zone commerçante, en plein cœur de la ville et deux parcours les orienteront : l’un, pour les pèlerins, de la basilique à la cathédrale, l’autre pour les voyageurs, de la gare au centre-ville.

Autre exemple : à Mâcon, comme à Narbonne, une navette gratuite en centre-ville dissuade les habitants d’utiliser leur voiture et les incite à privilégier les circulations douces.

 

Martine Courgnaud – Del Ry

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum