Colloque UGAP : l’achat de proximité, c’est du développement durable au sens privé

Achats

Un colloque sur le thème des marchés publics a été organisé, le 8 avril 2010, par l’UGAP. L’occasion de revenir sur l’actualité juridique, les parties de ses marchés à fignoler ainsi que la notion de développement durable.

Rafaël Apelbaum, avocat au cabinet Yves-René Guillou, était chargé d’effectuer un point sur l’actualité juridique. Pour lui, le contentieux de la passation a chuté depuis 2008 « parce que les fenêtres de tirs se sont réduites. Cependant, il en reste à barricader
», explique-t-il. Par exemple, concernant les critères des marchés à procédure adaptée : « La jurisprudence du Conseil d’État annonce qu’ils sont devenus une exigence. En revanche, nous n’avons pas de réponse définitive concernant leur pondération ou leur hiérarchisation. Mais je pense que cela ne va pas tarder.
» Il conseille donc d’appliquer une pondération aux critères de sélection de l’offre des marchés à procédure adaptée (MAPA). Concernant les sous-critères, « le risque réside dans le fait qu’une entreprise peut estimer qu’un sous-critère est un véritable critère. Sur la pondération des sous-critères, nous n’avons pas de réponse absolue, aussi je conseille de les pondérer
». Autres « fenêtres de tir » pour l’avocat : les articles 5 et 6 du Code des marchés publics. Concernant l’article 5, qui oblige le pouvoir adjudicateur « à prendre en considération les objectifs de développement durable et non à les insérer dans la définition des besoins
», il pense qu’un mail doit être envoyé en interne, pour chaque marché. Il aborde la question du développement durable et indique qu’il est pris en considération. Sur les spécifications techniques de l’article 6, l’avocat est revenu sur la question des spécificités alimentaires. « On ne peut commander de la viande de Montbéliard parce qu’elle est spécifique à un territoire. Ce n’est pas le cas de la Charolaise, qui est élevée en France et à l’étranger. En d’autres termes, on peut commander des races mais il ne faut pas que cela restreigne la concurrence.
» Il rajoute : « l’achat de proximité, c’est du développement durable au sens privé ; au sens public, ce n’est pas possible
. »

Dans les marchés de nettoyage, « le développement durable n’est pas l’utilisation des écolabels dépassés
», estime l’avocat, « parce qu’ils sont presque tous écoresponsables
». Le développement durable « consisterait plutôt à assurer des conditions de travail respectueuses des conditions humaines, c’est-à-dire avec des horaires convenables pour des mères et des pères de familles plutôt que le nettoyage à 4 ou 5 heures du matin
».

L'analyse des spécialistes

  • Revue de l'actualité juridique territoriale #1 : la réforme territoriale Administration

    Revue de l’actualité juridique territoriale #1

    18/06/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019 Sécurité

    Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019

    03/06/19
    Partant du constat que les manifestations sur la voie publique sont désormais fréquemment émaillées de graves incidents et d’actes de dégradation, le législateur a décidé de s’emparer du sujet pour durcir l’arsenal juridique en vigueur et mieux prévenir ces phénomènes d’ultra violence lors de rassemblements publics1.
  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Tous les articles juridiques