Vers l'industrialisation des véhicules électriques et hybrides rechargeables

Achats

Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a présenté, lors du Conseil des ministres du 22 septembre 2010, une communication pour encourager le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Le gouvernement entend consacrer 1,45 milliard d’euros pour encourager l’essor d’un marché, considéré comme « prometteur » en terme d’activité et d’emploi. Une partie du budget annoncé (750 millions d’euros) doit être consacrée au « véhicule du futur », tandis que 450 millions iront aux programmes d’innovation des véhicules électriques et hybrides.

Un dispositif de prêt « véhicules décarbonés », créé en février 2009 et doté de 250 millions d’euros, aide à implanter en France des lignes de montage pour ces véhicules par l’intermédiaire d’appels à projets. Cela permettrait la sortie prochaine de toute une gamme fabriquée dans l’Hexagone : Renault Zoé (début 2012), Kangoo ZE (mi-2011), Peugeot 3008 hybride diesel (printemps 2011), Mia d’Heuliez Électrique (mi-2011), et la Smart de Daimler.

Le ministre vise aussi à placer les industriels français sur les marchés de fabrication de batteries et de systèmes de recharge.

Cette communication s’inscrit dans un programme plus vaste dont plusieurs actions sont déjà en cours. Un groupe de travail franco-allemand travaille par exemple sur une normalisation européenne relative à la sécurité des véhicules, aux prises et câbles nécessaires à la recharge. De grands opérateurs comme La Poste, EDF, Suez-GDF, Veolia, associés à l’État, ont par ailleurs élaboré un cahier des charges commun relatif aux véhicules décarbonés qui sert de base aux appels d’offres (50 000 véhicules concernés). Objectif de l’opération : créer un effet volume et faire baisser la facture.

Bénédicte Rallu

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques