Les maires circonspects sur la réforme territoriale

Administration

Les deux tiers des maires et adjoints au maire estiment que la réforme territoriale voulue par le gouvernement n’est pas un progrès pour la décentralisation, selon le baromètre 2014 du Courrier des maires.

Cette réforme consiste à réduire le nombre des régions et des intercommunalités pour augmenter leur taille et leur rayonnement, et à accroître les compétences des régions au détriment des départements.

Pour 68 % des élus communaux interrogés, la réforme gouvernementale ne constitue pas un progrès pour la décentralisation. 21 % pensent l’inverse, 10 % « ne savent pas ».

Néanmoins, la diminution de 22 à 13 du nombre des régions métropolitaines est approuvée par 65 % de l’échantillon. En revanche, 38 % seulement sont favorables à la suppression de tous les départements en 2020, un projet du gouvernement annoncé en avril dernier mais abandonné depuis, tandis que 62 % y sont hostiles.

65 % des maires et adjoints aux maires se déclarent d’autre part pour l’élection au suffrage universel direct des élus communautaires (communautés de communes, métropoles…)

Pour 39 % des élus des communes, la priorité numéro un est de « simplifier les normes », gouvernementales ou européennes, applicables aux communes. Viennent ensuite « la réaffirmation du rôle de la commune » (citée par 35 %) et la réforme  territoriale (30 %).

Les maires et leurs adjoints sont par ailleurs très hostiles à la réduction de 11 milliards d’euros d’ici 2017 des dotations de l’État aux collectivités territoriales. 82 % la trouvent « injustifiée » (17 % pensent l’inverse, 1 % est sans opinion).
   
Parmi les six possibilités pour y faire face mentionnées dans le questionnaire, 30 % ont l’intention de diminuer les dépenses de fonctionnement, 22 % de réduire l’investissement, 8 % seulement d’augmenter les impôts locaux.

Enfin, 62% des répondants disent partager le sentiment que la confiance des citoyens vis-à-vis de leurs élus se dégrade, soit 12 points de plus qu’il y a un an.

Enquête réalisée par internet du 1er septembre au 1er octobre auprès de la « population-cible » des maires et maires adjoints, dont 489 ont répondu. À noter que 13,7 % des répondants sont élus d’une commune de moins d’un millier d’habitants, alors que les communes inférieures à cette taille représentent plus de 70 % du nombre total des communes françaises.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum