Les petites communes poursuivent leurs démarches de dématérialisation, selon JVS-Mairistem

Administration

Signature électronique, ordinateur portable, convocation électronique des élus, téléservices, télétravail… : les petites communes poursuivent leur numérisation, selon le cinquième baromètre JVS-Mairistem. Mais les plus modestes sont confrontées aux mauvaises connexions internet et au manque de ressources internes.

Malgré le poids des mesures réglementaires et la baisse des dotations, les communes de moins de 10 000 habitants se sont attachées à poursuivre la modernisation de leurs services en 2018, constate JVS-Mairistem dans son cinquième baromètre du numérique. Poussés par la réglementation (facturation électronique Chorus Pro, règlement européen de protection des données, service Pasrau pour le prélèvement à la source…), les agents rencontrent des difficultés croissantes pour dématérialiser les services. Le temps manque en particulier à 32 % des répondants pour mener simultanément l’ensemble des projets imposés, parfois complexes. Des changements qui nécessitent une réorganisation interne, et pour lesquels les communes n’ont pas toujours accès à des compétences spécifiques ; 18 % seulement disposent d’un référent numérique. Les plus petites communes sont pénalisées non seulement par le manque de ressources mais aussi par les mauvaises connexions numériques qui touchent 34 % d’entre elles. Trois communes sur dix déplorent également un manque d’informations.

Pourtant, les collectivités continuent à se moderniser pour atteindre une meilleure efficacité : dématérialisation de la chaîne comptable et budgétaire, des actes administratifs, de la paie… Elles apprécient notamment de pouvoir ainsi réduire les délais de traitement (84 %), assurer la sécurité des échanges (55 %) et optimiser les coûts de gestion (49 %). Plus de neuf communes sur dix (93 %) utilisent aujourd’hui la signature électronique et 86 % des élus signent les bordereaux, arrêtés et factures par le biais d’internet. La déclaration des données sociales à partir d’un logiciel de paie (N4DS) est adoptée par huit communes sur dix, soit une progression de + 16 % en un an.

Les nouvelles technologies ont modifié les habitudes de travail, et de nouveaux usages apparaissent, comme la mobilité et le  travail collaboratif. Plus d’un tiers des collectivités permettent aux agents et élus de consulter et de viser des documents hors du bureau ; 71 % des décideurs publics des collectivités utilisent un smartphone ou un ordinateur portable dans le cadre de leurs fonctions, et une grande majorité utilisent des applications connectées.

Quant aux services en ligne, ils ont progressé de + 30 % en un an au sein des petites communes, pour atteindre 64 %. Les principaux services proposés sont la réservation de salles (25 %), les signalements sur voirie (22 %), la prise de rendez-vous (19 %), le paiement en ligne (19 %) et la mise à disposition d’un espace famille (17 %).

En 2019, 8 % des communes devraient poursuivre la dématérialisation.

Marie Gasnier

 

Depuis 2014, JVS-Mairistem publie les résultats d’une enquête effectuée auprès des agents et décideurs de collectivités, à l’occasion du Salon des maires et des collectivités locales (SMCL). L’enquête a été réalisée en ligne du 11 septembre au 9 octobre, auprès de 587 mairies de moins de 10 000 habitants. Trois répondants sur quatre étaient des secrétaires de mairie.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum