Les piscines coûtent cher aux intercommunalités

Administration

Des centres aquatiques souvent plus grands que ceux des communes, offrant davantage de prestations, renchérissent le budget de fonctionnement des bassins appartenant aux intercommunalités.

Le coût de fonctionnement moyen des piscines intercommunales (1 263 euros/m2 par an) est plus élevé que celui des piscines municipales, selon une étude de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locale publiée le 14 octobre 2021. En cause, notamment : une offre de prestations plus importante pour les usagers et des infrastructures plus grandes, de type centres aquatiques. Les salles de fitness, musculation et espaces de détente peuvent engendrer des surcoûts (entretien, chauffage, électricité…), et les cours qui y sont dispensés (aquagym, aquabike, fitness…) augmentent les frais de personnel.

Pour autant, l’enquête relève d’importantes disparités. Ainsi, un quart des structures étudiées présentent un coût de fonctionnement inférieur à 779 euros/m2, tandis que pour un quart d’entre elles, ce coût dépasse 1 984 euros/m2. Ces différences, observées également entre communes, peuvent s’expliquer de différentes façons, résultant de choix volontaires ou de contraintes. Par exemple, lorsque la piscine est saisonnière, qu’elle ne propose pas d’aménagement de confort supplémentaire (bains bouillonnants, sauna, hammam, solarium…) dont le coût de fonctionnement est plus élevé, ou si elle est uniquement découverte, son coût moyen a tendance à être plus faible. Le coût de fonctionnement moyen des piscines à bassins uniquement découverts est également beaucoup moins important que celui des piscines couvertes : la consommation d’énergie y est plus réduite (pas de bâtiment à chauffer…) et les frais de personnel aussi car ces piscines sont souvent saisonnières. Par ailleurs, l’ancienneté des piscines, leur entretien, et la différence entre surface et volume d’eau liée à la profondeur des bassins influencent aussi le budget.

Il existe un lien entre la population et le coût de fonctionnement moyen par m2, toutefois moins marqué que pour les communes. Les piscines des intercommunalités les plus peuplées coûtent en moyenne plus cher : 1 036 euros/m2 pour les entités de moins de 25 000 habitants, contre 1 468 euros/m2 pour celles de 100 000 habitants et plus, par exemple.

Certes, les groupements à fiscalité propre perçoivent des recettes tarifaires pour leurs piscines : 331 euros/m2 par an en moyenne. Des ressources 41 % plus importantes que celles des communes étudiées, les intercommunalités proposant une gamme de services plus étendue qui peut justifier des tarifs plus élevés. Pour  autant, ces recettes ne couvrent qu’une faible part du coût de fonctionnement total (26 % en moyenne).

L’Observatoire des finances et de la gestion publique locale s’est aussi penché sur l’impact de la crise sur le budget des piscines communales. En 2020, la fermeture des piscines a permis aux communes de réaliser des économies sur certaines charges – fluides et fournitures énergétiques (eau et assainissement, énergie/électricité, chauffage urbain), frais de personnel. Mais leurs recettes tarifaires ont subi des pertes telles que le reste à charge a, en moyenne, augmenté. Ainsi, les dépenses nettes moyennes des communes ont augmenté de 7,7 % par rapport à 2019, soit 10 millions d’euros supplémentaires.

Quoiqu’il en soit, le rapport 2018 de la Cour des comptes avait montré que la gestion d’une piscine ou d’un centre aquatique public entraîne systématiquement un déficit de fonctionnement important : aucun des équipements qu’elle avait alors examinés ne présentait un résultat d’exploitation équilibré ou excédentaire.

Marie Gasnier

Source : Cap sur le coût de fonctionnement des piscines communales et intercommunales, Observatoire des finances et de la gestion publique locale n° 14, 14 octobre 2021

Alors que la compétence est facultative, communes et intercommunalités sont propriétaires de 82 % des piscines et centres aquatiques publics, selon le rapport 2018 de la Cour des comptes.

Posté le par

Recommander cet article