Suppression des conseils généraux : pour Claudy Lebreton (ADF), « quatre à cinq ans » sont nécessaires

Administration

La suppression des conseils généraux envisagée par le gouvernement prendra « quatre à cinq ans », a prévenu, vendredi 30 mai le président de l’Assemblée des départements de France (ADF), Claudy Lebreton (PS), à quelques jours de la présentation de la réforme par le gouvernement.

Cet article fait partie du dossier :

Administration RÉFORME TERRITORIALE : LA TECTONIQUE DES CARTES Voir le dossier

« La dernière réforme d’ampleur, celle de 2004, a mis quatre ans à entrer en vigueur. Demain, si on transfère les collèges aux régions, 40 000 personnels TOS (techniciens, ouvriers et de service) devront changer d’employeur, ce qui prendra du temps. Si le gouvernement veut découper les compétences des départements et les transférer par « appartement », il faudra quatre ou cinq ans », estime M. Lebreton dans une interview au site internet Acteurs publics.

Le président du conseil général des Côtes d’Armor redit son opposition à la réforme souhaitée par le président de la République François Hollande. « Mon désaccord de fond avec lui et le Premier ministre demeure, car ce n’est pas une véritable réforme de décentralisation qui se profile, mais une clarification des compétences et une recherche d’économies budgétaires. Pour la première fois depuis trente ans, il n’y aura pas de progrès dans la décentralisation », regrette-t-il.

De manière plus générale, « compte tenu de la situation économique de notre pays, on ne peut pas se payer le luxe d’une réforme comme celle-là », tranche l’élu. « Franchement, depuis deux ans, il aurait mieux valu mobiliser les collectivités territoriales sur la lutte contre le chômage ».

Au demeurant, M. Lebreton prédit la recréation au sein des conseils régionaux de « mini conseils » départementaux. « Je me mets à la place d’un président d’une nouvelle région, privé de conseils généraux : mon premier acte sera de créer une vice-présidence par département avec une conférence territoriale par département afin que le conseil régional administre en proximité tous les services sociaux. De fait, je crée un mini conseil départemental au sein du conseil régional car l’efficacité de l’action publique repose sur les circuits courts de décision », explique-t-il.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum