Eau : Montpellier Agglomération attribue à Veolia deux contrats de 95 millions d'euros

Appel d'offres

Les élus de Montpellier Agglomération ont attribué jeudi 30 octobre à Veolia Eau deux contrats de traitement et de collecte des eaux usées, pour un montant totale de près de 95 millions d’euros, dans un contexte marqué par des accusations de favoritisme.

76 élus ont voté pour ces attributions, 10 contre et 6 se sont abstenus. Les contrats portent sur le traitement des eaux usées de la station d’épuration Maera (Lattes) et la collecte des eaux usées de 14 communes raccordées à cette station. Ces délégations de service public, qui courent sur sept ans, s’élèvent au total à près de 95 millions d’euros pour Veolia, qui l’emporte face à la Saur, La Lyonnaise des Eaux (Suez) et la Nantaise des Eaux. Le vote a eu lieu dans un contexte marqué par des soupçons de favoritisme, évoqués notamment par Le Canard Enchaîné mercredi 29 octobre. Montpellier Agglomération avait fait voter en mai le principe du passage en régie publique de la gestion de l’eau potable au 1er janvier 2016, jusqu’ici confiée à Veolia – un manque à gagner de 9 millions d’euros pour Veolia, indique à l’AFP un cadre de Montpellier Agglomération. « On ne pouvait pas chasser totalement le marchand d’eau de la ville », pointe un expert en contrats d’eau dans Le Canard Enchaîné. D’après l’hebdomadaire, pour la collecte des eaux usées, les tarifs de Veolia sont supérieurs de 24 % à ceux de la Saur. 

« Il y a eu un revirement subit de l’exécutif de l’agglomération de Montpellier début octobre », assure à l’AFP l’entourage d’un candidat. « L’analyse des offres est scandaleuse. Les conclusions ont changé alors que les négociations étaient clôturées », accuse-t-il. Interpellé sur les raisons pour lesquelles le fonctionnement de la commission d’appel d’offres était remis en cause par des entreprises en compétition, Philippe Saurel, président DVG de Montpellier Agglomération, a assuré « ne pas intervenir dans aucun jury ou aucune commission ». « La Saur a proposé une offre à la dernière minute 20 % moins chère », a ajouté René Revol,vice-président de Montpellier Agglomération délégué à l’eau : « Nous avons étudié le compte d’exploitation prévisionnel de la Saur (…). Cette offre n’était pas financièrement sincère d’après nous. Car un prestataire qui casse les prix lors de l’attribution du marché revient souvent, trois ans après, pour demander un avenant qui modifie le prix à la hausse ».

L’un des perdants hésite à déposer un recours contentieux devant le tribunal administratif.  » Nos avocats ont suffisamment d’éléments pour porter l’affaire en justice, a-t-il confié à l’AFP. Mais d’un autre côté, nous ne voulons pas être blacklistés pendant six ans sur la périmètre de la métropole de Montpellier, qui devrait s’étendre à terme. »

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • rgpd-marches-acheteurs-publics Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire Fonction publique

    La médiation en droit de la fonction publique : un préalable obligatoire

    25/06/18
    « La médiation accompagne un immense mouvement de l’humanité moderne : avoir le droit d’être différent, mais vivre ensemble cette différence sans souffrir ni faire souffrir, sans être détruit, ni détruire, sans vainqueur ni vaincu », cette citation de Stephen Bensimon (Panorama des médiations du monde L’Harmattan, 2010) doit aujourd’hui faire sa place en droit public.
  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Tous les articles juridiques