Eau : Montpellier Agglomération attribue à Veolia deux contrats de 95 millions d'euros

Appel d'offres

Les élus de Montpellier Agglomération ont attribué jeudi 30 octobre à Veolia Eau deux contrats de traitement et de collecte des eaux usées, pour un montant totale de près de 95 millions d’euros, dans un contexte marqué par des accusations de favoritisme.

76 élus ont voté pour ces attributions, 10 contre et 6 se sont abstenus. Les contrats portent sur le traitement des eaux usées de la station d’épuration Maera (Lattes) et la collecte des eaux usées de 14 communes raccordées à cette station. Ces délégations de service public, qui courent sur sept ans, s’élèvent au total à près de 95 millions d’euros pour Veolia, qui l’emporte face à la Saur, La Lyonnaise des Eaux (Suez) et la Nantaise des Eaux. Le vote a eu lieu dans un contexte marqué par des soupçons de favoritisme, évoqués notamment par Le Canard Enchaîné mercredi 29 octobre. Montpellier Agglomération avait fait voter en mai le principe du passage en régie publique de la gestion de l’eau potable au 1er janvier 2016, jusqu’ici confiée à Veolia – un manque à gagner de 9 millions d’euros pour Veolia, indique à l’AFP un cadre de Montpellier Agglomération. « On ne pouvait pas chasser totalement le marchand d’eau de la ville », pointe un expert en contrats d’eau dans Le Canard Enchaîné. D’après l’hebdomadaire, pour la collecte des eaux usées, les tarifs de Veolia sont supérieurs de 24 % à ceux de la Saur. 

« Il y a eu un revirement subit de l’exécutif de l’agglomération de Montpellier début octobre », assure à l’AFP l’entourage d’un candidat. « L’analyse des offres est scandaleuse. Les conclusions ont changé alors que les négociations étaient clôturées », accuse-t-il. Interpellé sur les raisons pour lesquelles le fonctionnement de la commission d’appel d’offres était remis en cause par des entreprises en compétition, Philippe Saurel, président DVG de Montpellier Agglomération, a assuré « ne pas intervenir dans aucun jury ou aucune commission ». « La Saur a proposé une offre à la dernière minute 20 % moins chère », a ajouté René Revol,vice-président de Montpellier Agglomération délégué à l’eau : « Nous avons étudié le compte d’exploitation prévisionnel de la Saur (…). Cette offre n’était pas financièrement sincère d’après nous. Car un prestataire qui casse les prix lors de l’attribution du marché revient souvent, trois ans après, pour demander un avenant qui modifie le prix à la hausse ».

L’un des perdants hésite à déposer un recours contentieux devant le tribunal administratif.  » Nos avocats ont suffisamment d’éléments pour porter l’affaire en justice, a-t-il confié à l’AFP. Mais d’un autre côté, nous ne voulons pas être blacklistés pendant six ans sur la périmètre de la métropole de Montpellier, qui devrait s’étendre à terme. »

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques