Syndicats et salariés manifestent contre l’attribution du marché de l’éclairage public à Grenoble

Appel d'offres

Près de 150 salariés du gestionnaire historique de l’électricité à Grenoble ont manifesté lundi soir pour dénoncer l’attribution dès 2015 du marché de l’éclairage public de la ville à un consortium privé réunissant Vinci et Bouygues, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les organisations syndicales de la société d’économie mixte Gaz Électricité de Grenoble (GEG), dont la ville est actionnaire majoritaire, reprochent à la municipalité de ne pas avoir laissé la possibilité à l’entreprise de formuler au cours de la procédure d’appel d’offre une proposition compétitive, qui lui aurait permis de garder le marché. « Nous faisions partie des deux dernières entreprises retenues et nos propositions étaient très proches. Le dialogue compétitif, période au cours de laquelle les deux derniers candidats sont à nouveau auditionnés et peuvent affiner leurs offres, n’a pas eu lieu et nous ignorons pourquoi », a déploré Alain Trémier, secrétaire du syndicat CGT. L’intersyndicale CFE-CGC, CGT et FO a dénoncé « un choix politique » et sommé la municipalité de « faire preuve de transparence » sur ses « véritables intentions ». « Ils ont prôné le service public pendant toute la campagne municipale et à la moindre occasion, ils penchent du côté d’un groupe privé du Cac 40. Ce discours comporte beaucoup de paradoxes. Nous ne souhaitions pas être privilégiés, simplement être jugés à notre juste valeur », ajoute Alain Trémier.

Vingt-cinq emplois sont menacés d’après les syndicats, qui évoquent également 1,5 million de pertes de chiffre d’affaires pour l’entreprise. « Comment se fait-il qu’avec des notes supérieures à ses concurrents, GEG se voit placé derrière eux ? », se sont interrogés les syndicats lundi soir devant le conseil municipal. « Une dernière offre aurait pu permettre à GEG à défendre sa candidature », ont-ils souligné devant les élus.

« Le mode de gestion de GEG a évolué au fil des années. Il nous faut distinguer l’actionnariat et la contractualisation de l’outil lui-même, à savoir les salariés et leurs compétences », a rétorqué Éric Piolle, le maire de la ville. « Au sujet de la dimension sociale, il y aura maintien des salariés concernés dans la structure s’ils le souhaitent », a-t-il précisé, avant de reporter le conseil municipal et le vote de la délibération validant l’appel d’offre à lundi prochain. Créée en 1851, GEG, longtemps régie municipale, a été en partie privatisée en 1986. L’entreprise, à qui avait aussi été confiée la gestion de l’éclairage public, est aujourd’hui le sixième distributeur français d’électricité.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques