Syndicats et salariés manifestent contre l’attribution du marché de l’éclairage public à Grenoble

Appel d'offres

Près de 150 salariés du gestionnaire historique de l’électricité à Grenoble ont manifesté lundi soir pour dénoncer l’attribution dès 2015 du marché de l’éclairage public de la ville à un consortium privé réunissant Vinci et Bouygues, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les organisations syndicales de la société d’économie mixte Gaz Électricité de Grenoble (GEG), dont la ville est actionnaire majoritaire, reprochent à la municipalité de ne pas avoir laissé la possibilité à l’entreprise de formuler au cours de la procédure d’appel d’offre une proposition compétitive, qui lui aurait permis de garder le marché. « Nous faisions partie des deux dernières entreprises retenues et nos propositions étaient très proches. Le dialogue compétitif, période au cours de laquelle les deux derniers candidats sont à nouveau auditionnés et peuvent affiner leurs offres, n’a pas eu lieu et nous ignorons pourquoi », a déploré Alain Trémier, secrétaire du syndicat CGT. L’intersyndicale CFE-CGC, CGT et FO a dénoncé « un choix politique » et sommé la municipalité de « faire preuve de transparence » sur ses « véritables intentions ». « Ils ont prôné le service public pendant toute la campagne municipale et à la moindre occasion, ils penchent du côté d’un groupe privé du Cac 40. Ce discours comporte beaucoup de paradoxes. Nous ne souhaitions pas être privilégiés, simplement être jugés à notre juste valeur », ajoute Alain Trémier.

Vingt-cinq emplois sont menacés d’après les syndicats, qui évoquent également 1,5 million de pertes de chiffre d’affaires pour l’entreprise. « Comment se fait-il qu’avec des notes supérieures à ses concurrents, GEG se voit placé derrière eux ? », se sont interrogés les syndicats lundi soir devant le conseil municipal. « Une dernière offre aurait pu permettre à GEG à défendre sa candidature », ont-ils souligné devant les élus.

« Le mode de gestion de GEG a évolué au fil des années. Il nous faut distinguer l’actionnariat et la contractualisation de l’outil lui-même, à savoir les salariés et leurs compétences », a rétorqué Éric Piolle, le maire de la ville. « Au sujet de la dimension sociale, il y aura maintien des salariés concernés dans la structure s’ils le souhaitent », a-t-il précisé, avant de reporter le conseil municipal et le vote de la délibération validant l’appel d’offre à lundi prochain. Créée en 1851, GEG, longtemps régie municipale, a été en partie privatisée en 1986. L’entreprise, à qui avait aussi été confiée la gestion de l’éclairage public, est aujourd’hui le sixième distributeur français d’électricité.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Administration

    La mise en place du répertoire électoral unique au 1er janvier 2019

    21/12/18
    La loi n° 2016-1048 du 1er août 2016 rénovant les modalités d'inscription sur les listes électorales a réformé les conditions d'inscription sur les listes électorales et la procédure de traitement des demandes d'inscription, en en facilitant les modalités et en créant le répertoire électoral unique1. Retour et explications sur ce dispositif.
  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Tous les articles juridiques