Conseils de lecture, par Hélène Guillet, Directrice Générale du CDG 44

Bien-être des acteurs publics

Chaque mercredi, nous demandons à un acteur public parmi ce qu’il a lu ou relu, vu ou entendu – livres, articles, vidéos – quels sont les 3 médias qui ont le plus nourri sa réflexion pendant cette crise sanitaire. Cette semaine, Hélène Guillet, Directrice Générale du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale 44, nous livre ses réflexions.

La période de crise sanitaire nous amène à travailler, penser, manger Covid et laisse peu de place pour quoi que ce soit d’autres sur le plan professionnel et sur les champs privés, confinement et surmédiatisation de la crise obligent.

Je n’échappe guère à ces injonctions et j’ai donc lu, vu et entendu 90 % de Covid sous une forme ou une autre tout au long de ces derniers mois avec 3 souvenirs particuliers que je souhaite partager.

Hélène Guillet, DG du centre de gestion de Loire Atlantique

Hélène Guillet

  • « Face à la crise sanitaire, fait social total, l’État va-t-il (peut-il) penser autrement ? »

Le 1er concerne un article paru dans l’excellente revue Décideur public : un condensé de plusieurs mois des difficultés, errements et injonctions contradictoires. Loin de moi l’idée de la critique à tout va : la complexité de la situation, la difficulté des décisions et l’ampleur mondiale invitent à l’humilité. Néanmoins, un point précis me taraude : et si les décideurs locaux, élus et leurs équipes accompagnés par les directions générales n’avaient pas agi, au plus près du terrain, avec pragmatisme, détermination et engagement, où en serions-nous ?

  • L’émission « Quotidien »

Mon 2e marqueur est celui d’une émission de télé. Je regarde parfois l’émission « Quotidien » de Yann Barthès, que je trouve particulièrement intéressante : impertinents à la limite de l’insolence, subjectifs, à l’esprit critique affuté et de fait critiquable, les chroniqueurs articulent humour et analyses de notre environnement sociétal avec beaucoup de finesse et de distance. Le 30 octobre dernier, Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor était reçu pour parler de la crise du secteur hôtelier et de ses conséquences. Le PDG y détaille les conséquences sociales pour les 300 000 collaborateurs du groupe dans le monde entier, les efforts, l’agilité et les adaptations mises en place à la réouverture puis l’injustice de la 2e vague et du 2e confinement. Le propos était empreint de réalisme. Il était aussi résolument tourné vers l’avenir autour de l’idée qu’une crise, si elle est acceptée, devient une aventure : la 1ère responsabilité des dirigeants serait d’inventer, d’innover malgré les circonstances pour donner envie aux équipes de rester engagées, mobilisées et pour garantir cette légèreté indispensable à notre avenir.

  • « Les Quatre détours »

Enfin, la sortie de cet ouvrage « Les quatre détours » de Song Jiang aux éditions de la Cerise est le symbole du drame Covid pour tout un pan de notre société française : celui de nos artistes et plus globalement du milieu culturel. Mais ce magnifique livre est aussi et surtout le souffle et l’inspiration dont jemanque tant en ce moment et que Guillaume Trouillard décrit si joliment.

Propos recueillis par Hugues Perinel

Posté le par

Recommander cet article