Conseils de lecture, par Jérôme Pech, DGA en charge des richesses humaines à la Ville de Blagnac

Bien-être des acteurs publics

Chaque mercredi, nous demandons à un acteur public parmi ce qu’il a lu ou relu, vu ou entendu – livres, articles, vidéos – quels sont les 3 médias qui ont le plus nourri sa réflexion pendant cette crise sanitaire. Cette semaine, Jérôme Pech, DGA en charge des richesses humaines, du dialogue social et de l’accompagnement à la transformation managériale à la Ville de Blagnac nous fait part de ses réflexions.

Jérôme Pech

Jérôme Pech

  • « Lost in management 3 »

François Dupuy, sociologue des organisations, et le troisième opus de sa série « Lost in management » que j’ai dévoré le week-end qui a suivi sa sortie.

Après avoir identifié les dysfonctionnements des organisations et leurs causes dans les tomes 1 et 2, Dupuy propose dans « On ne change pas les entreprises par décret » une démarche basée sur le fonctionnement réel des organisations et l’intelligence de ses acteurs.

Pour le sociologue, « les entreprises et les organisations n’ont pas réussi à sortir du modèle taylorien d’organisation du travail ».

Pour dépasser cette forme d’organisation, il ne propose pas de recette miracle, mais nous invite à travers une démarche à identifier quel est le problème. Cette compréhension est un préalable indispensable à toute transformation. « Pourquoi ne peut-on aller chercher dans l’entreprise libérée, dans l’holacratie ou la méthode agile, de quoi faire face à tous ses défis ? Avant tout parce que ces ouvrages proposent de résoudre un problème que l’on ne connaît pas » nous explique Dupuy.

Le plan, c’est qu’il n’y a donc pas de plan. Et surtout ne pas prendre systématiquement pour modèle le fonctionnement du secteur privé.

Un livre inspirant, tourné vers l’action et accessible aux praticiens !

  • « Au service de la France »

    « Au service de la France » est une série française, diffusée à l’origine sur Arte, et disponible sur Netflix. Trois bonnes raisons de regarder cette série :

    • Parce que c’est drôle : c’est une parodie des services secrets français dans les années 60, non sans rappeler OSS 117 et les Monty Python par son côté absurde.
    • Parce que c’est intelligent : en toile de fond, la série traite de nombreux sujets comme la décolonisation, la guerre froide, la place des femmes dans la société…
    • Parce qu’on y parle d’organisation du travail : un jeune agent, fraichement recruté, et une secrétaire vont renverser l’ordre établi, gouverné par son lot de process et de procédures. L’occasion de réfléchir à la façon dont notre travail est organisé et de revenir à l’essentiel… chiche ?!
  • « Vernon Subutex »

Virginie Despentes et sa trilogie « Vernon Subutex ». Il y a longtemps que je n’avais pas pris une telle claque en lisant un roman !

Vernon, le personnage principal, est un disquaire victime de la révolution numérique. Vendre des disques ne lui permet plus de vivre. Commence alors sa descente aux enfers qui va le conduire à la rue où il va croiser une galerie de personnages plus truculents les uns que les autres, mais qui sont aussi très humains. Au-delà de la question sociale très présente dans le roman, Despentes évoque également les relations femmes-hommes. Un féminisme qui ne se fait pas contre les hommes, mais avec eux. J’ai adoré !

Propos recueillis par Hugues Perinel

Posté le par

Recommander cet article