Arbre de Noël : pas de mise en concurrence

Concurrence

Pour assurer les prestations d’action sociale au bénéfice des fonctionnaires territoriaux, le Conseil d’État a estimé que l’article 9 de la loi du 17 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires et qui définit l’action sociale, permettait aux collectivités publiques « de choisir un ou plusieurs organismes pour gérer de telles prestations sans avoir à respecter les procédures de publicité et de mise en concurrence prévues par le Code des marchés publics
».

C’est ce qu’on peut lire dans une réponse écrite du ministère de l’Intérieur qui rappelle que dans l’avis du Conseil d’État du 23 octobre 2003 (Fondation Jean-Moulin
, req. n°369315), la définition de « l’action sociale » est précisée : son contenu doit se distinguer des prestations marchandes et avoir des caractéristiques garantissant la vocation sociale. Elle doit être accessible à tous les agents, en particulier ceux ayant un revenu modeste. Pour le Conseil d’État, les prestations à caractère individuel versées au cas par cas et les prestations à caractère collectif tournées vers le personnel le moins favorisé (séjours linguistiques, séjours réservés aux enfants handicapés, arbre de Noël) sont des actions sociales.

QE n° 68012 de Michèle Tarabot (UMP, Alpes-Maritimes). Réponse publiée au
JOAN du 16 mars 2010.

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques