Éco-Emballages souhaite améliorer le tri des déchets en ville

Développement durable

Après vingt ans d’existence d’Éco-Emballages, le taux de recyclage des déchets est passé à 67 % en 2011. Reste le point noir des zones urbaines, une des priorités pour 2016.

En août dernier, Éco-Emballages a fêté ses vingt ans… Dunkerque était alors la première collectivité à se lancer dans le tri des déchets et la collecte sélective ; aujourd’hui, 99 % du territoire est couvert en dispositifs sélectifs, et les filières du recyclage contribuent à dynamiser l’économie des territoires.

Le taux de recyclage s’est élevé à 67 % en 2011 et l’éco-organisme vise désormais 75 % en 2016. Pour atteindre cette performance, le taux de recyclage devra croître de 2 % chaque année, contre 1 % actuellement. Pour les prochaines années, Éco-Emballages se fixe trois priorités : stabiliser ou réduire, si possible, le gisement des déchets d’emballages, améliorer le tri dans les villes et les quartiers les plus denses, et développer le recyclage des plastiques, qui sont les matériaux qui se recyclent le moins ; 51 collectivités, représentant 3,7 millions d’habitants, expérimentent actuellement le tri de tous les plastiques.
 

De nouvelles solutions encore à inventer

Améliorer le tri en ville est un défi important. En effet, « 80 % de la population vivra bientôt dans les zones d’habitat urbain dense, là où les performances de recyclage sont les plus faibles », précise Éric Brac de la Perrière, directeur général d’Éco-Emballages ; seuls 30 kg par habitant y sont triés chaque année, contre 54 kg dans les zones rurales et semi-rurales. Il faudra donc inventer de nouvelles solutions pour faciliter le tri dans de petits espaces, adapter les espaces extérieurs de tri aux contraintes d’urbanisme, traiter spécifiquement les zones urbaines sensibles…

Les bailleurs et les gardiens d’immeubles devront également être sensibilisés. Depuis mars 2011, les salariés d’Éco-Emballages et d’Adelphe, société agréée en charge de la gestion des emballages ménagers en fin de vie, aident les « ambassadeurs de tri » des collectivités à sensibiliser les habitants à l’importance du recyclage. Ils leur expliquent les consignes de tri, au cours d’opérations de porte-à-porte ponctuelles qui ont déjà été réalisées dans une quinzaine de villes, soit plus de 2 500 foyers. En outre, les collaborateurs d’Éco-Emballages aident à la collecte et au tri à l’occasion de manifestations sportives ou de festivals.
 

Communiquer avec humour

Pour améliorer la qualité du tri, et favoriser le tri dans l’habitat vertical, « la communication joue un rôle clef », explique Roméo Ragazzo, vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque. La collectivité travaille en partenariat avec tous les intervenants sur son territoire : associations, bailleurs, écoles, cantines…

L’ancienne ville-pilote a pour objectif, non d’accroître ses performances chiffrées, mais de permettre à tous les habitants d’accéder au tri et au recyclage, au meilleur coût. « Il ne faut pas hésiter à parler de retour sur investissement pour l’habitant », précise ainsi Roméo Ragazzo.

Grenoble aussi a choisi l’humour pour communiquer ; après avoir posté sur internet les vidéos de ses interventions comiques auprès des auteurs d’incivilités, « SuperTri », sorte de Superman local, explique diverses astuces de tri aux habitants.

Pour sa part, Jean-Yves Menou, vice-président de la communauté de Lannion Trégor Agglomération, met l’accent sur la nécessité d’améliorer les conditions de travail des employés des centres de tri : isolation acoustique entre la cabine de tri et la machinerie, diminution des poussières de la ventilation, meilleur emplacement de la climatisation, lavage des tapis, ambiance musicale, ouverture du site sur l’extérieur et la lumière naturelle, augmentation du nombre de postes, renforcement du taux de rotation, augmentation du temps de pause et aménagement de la salle de repos…

Un programme de rencontre avec les communes (« 36 000 pour le tri ») est organisé par Éco-Emballages en partenariat avec l’AMF, et en association avec les associations départementales des maires et avec plusieurs associations nationales d’élus, pour la période 2010-2016. Six thèmes sont concernés : urbanisme et logement, propreté et espace public, école et famille, sport et culture, vie locale et tourisme, nouveaux arrivants. Objectif : rappeler que le tri des déchets s’inscrit dans une démarche de développement durable.
 

Marie Gasnier

Pour en savoir plus :

« 20 ans de tri et de recyclage », rapport annuel Éco-Emballages 2011
 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum