Non-respect de la circulation alternée : 2 803 infractions à la mi-journée

Développement durable

Plus de 2 800 infractions à la règle de la circulation alternée ont été constatées lundi 23 mars à la mi-journée à Paris et dans les 22 communes voisines concernées par cette mesure, a annoncé la préfecture de police (PP) de Paris dans un communiqué.

Ces 2 803 automobilistes ont écopé d’une amende de 22 euros, et 31 d’entre eux ont également vu leur véhicule immobilisé par la police.

Au total, les 750 policiers mobilisés sur le terrain depuis 5h30 sur 154 points de contrôle ont intercepté 7 823 véhicules portant des plaques paires.

« Ces chiffres témoignent de la forte activité de contrôle, mais aussi du discernement dont les forces de l’ordre ont fait preuve depuis ce matin pour la prise en compte des dérogations* et des situations individuelles », précise la PP dans son communiqué.

Lors de la précédente mesure de circulation alternée, mise en place le 17 mars 2014, la préfecture de police avait relevé à la mi-journée 3 859 infractions à Paris et dans sa proche banlieue.

Le dispositif de circulation alternée « n’a engendré aucune difficulté de circulation », assure la PP, selon qui « environ 90 % des véhicules en circulation dans la capitale seraient des véhicules autorisés à circuler (véhicules dont l’immatriculation se terminait par un chiffre impair ou bénéficiant d’une dérogation) ».

Une « diminution très significative du trafic dans la capitale et sur les voies d’accès à celle-ci » a été constatée, ajoute la PP. « La longueur moyenne des bouchons a été réduite de  25 à 40 % par rapport à la moyenne et notamment aux abords de la capitale. »

*Rappel des dérogations prévues :
Peuvent circuler quelle que soit leur immatriculation :

Les véhicules considérés comme « propres » (électriques, hybrides, fonctionnant au gaz) et les voitures transportant au moins trois personnes (les usagers de la route sont d’ailleurs invités à recourir au covoiturage) ;

– Les véhicules assurant des missions de service public : d’incendie et de secours, des forces de l’ordre, de transports liés à la santé, d’handicapés, de médicaments, de transport funéraire…

– Les véhicules chargés de l’approvisionnement des populations : alimentation, camions frigorifiques, camions-citernes ;

– Les autocars et véhicules de transport en commun, taxis, voitures de tourisme avec chauffeur, véhicules d’auto-école;

– Les véhicules et engins de chantier, de dépannage, de déménagement, de nettoiement, bennes à ordures, transports de fonds, de journaux, postaux…

– Les véhicules des professionnels dans certains cas. Les représentants de commerce et les journalistes peuvent par exemple utiliser leur voiture quelle que soit son immatriculation pour se rendre à leur travail.

– Les camionnettes et utilitaires de moins de 3,5 tonnes ;

– Les véhicules immatriculés à l’étranger.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum