Fonctionnaire stagiaire : un écart verbal ne peut pas conduire à un refus de titularisation

Droits et obligations

Si un écart de langage tenu à l’occasion d’une réunion peut constituer un comportement fautif au regard des obligations des fonctionnaires, il ne justifie pas une sanction disciplinaire de refus de titularisation.

Une femme recrutée en 2005 en qualité d’agent territorial d’animation stagiaire par la commune de Bourg Saint-Andéol (Ardèche, 8 000 habitants) a essuyé, par un arrêté du maire pris en 2006, un refus de titularisation à la fin de son stage et la radiation des cadres.

Motif ?

Il repose sur la circonstance que l’agent n’a pas respecté les obligations qui incombent aux fonctionnaires. Il lui était en l’occurrence reproché son « comportement, lors d’une réunion le 20 octobre 2005, constituant une faute de nature à justifier son refus de la titulariser à l’issue de sa période de stage ». En l’espèce, un écart verbal que l’agent avait d’ailleurs reconnu par la suite et pour lequel il s’était excusé.

Erreur manifeste d’appréciation

Dès lors, a souligné la cour administrative d’appel de Lyon, « il ressort des pièces du dossier que l’arrêté du 5 janvier 2006 n’est pas motivé par une inaptitude professionnelle de l’agent, mais par son comportement fautif ». Par suite, la municipalité a bien pris une décision « constituant une sanction disciplinaire » qui plus est, « entachée d’une erreur manifeste d’appréciation au regard de la gravité de la faute commise par l’agent ». Le juge d’appel a donc confirmé l’annulation de l’arrêté en cause, condamné la commune à payer les frais de justice et enjoint au maire de régulariser la situation de l’agent au regard du versement des cotisations sociales et notamment de retraite.

Franck Vercuse

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques