Même blessé, un agent qui participe activement à une altercation encourt une sanction

Droits et obligations

L’agent qui ne se maîtrise pas et a, sur son lieu de travail, une altercation avec un collègue risque une sanction, même s’il est victime de coups violents entraînant une interruption temporaire de travail.

Un agent territorial, employé par la communauté urbaine de Bordeaux, avait eu, sur son lieu de travail (mars 2007), une violente altercation avec un collègue, à l’issue de laquelle il a fait l’objet d’une interruption temporaire de travail de 21 jours. Après enquête administrative, le président de la communauté urbaine a prononcé à son encontre la sanction du blâme avec inscription au dossier. L’agent a alors décidé de contester cette décision et porté l’affaire devant le juge administratif.

La cour administrative d’appel de Bordeaux a rappelé que toute faute commise par un fonctionnaire dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions l’expose à une sanction disciplinaire.

Défaut de maîtrise de soi

Dans cette affaire, le juge a relevé qu’il ressortait d’un procès-verbal (signé par l’agent en cause) et du témoignage direct d’un agent du service, « que le requérant a échangé des insultes avec son collègue ; qu’ainsi, la matérialité des faits sur lesquels s’est fondé le président de la communauté urbaine pour prononcer la sanction litigieuse est établie ». Pour la cour, s’il est établi que le fonctionnaire a été victime, au cours de l’altercation, de coups violents auxquels il n’a pas répondu, « cette circonstance n’est pas de nature à justifier le défaut de maîtrise dont il a fait preuve initialement ». Les faits qui lui sont reprochés sont donc bien « au nombre de ceux qui peuvent légalement justifier l’édiction d’une sanction de blâme à raison de ces faits ». Contrairement aux allégations de l’agent, le président de la communauté urbaine de Bordeaux n’a pas commis une erreur manifeste d’appréciation.

Franck Vercuse

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques