Même blessé, un agent qui participe activement à une altercation encourt une sanction

Droits et obligations

L’agent qui ne se maîtrise pas et a, sur son lieu de travail, une altercation avec un collègue risque une sanction, même s’il est victime de coups violents entraînant une interruption temporaire de travail.

Un agent territorial, employé par la communauté urbaine de Bordeaux, avait eu, sur son lieu de travail (mars 2007), une violente altercation avec un collègue, à l’issue de laquelle il a fait l’objet d’une interruption temporaire de travail de 21 jours. Après enquête administrative, le président de la communauté urbaine a prononcé à son encontre la sanction du blâme avec inscription au dossier. L’agent a alors décidé de contester cette décision et porté l’affaire devant le juge administratif.

La cour administrative d’appel de Bordeaux a rappelé que toute faute commise par un fonctionnaire dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions l’expose à une sanction disciplinaire.

Défaut de maîtrise de soi

Dans cette affaire, le juge a relevé qu’il ressortait d’un procès-verbal (signé par l’agent en cause) et du témoignage direct d’un agent du service, « que le requérant a échangé des insultes avec son collègue ; qu’ainsi, la matérialité des faits sur lesquels s’est fondé le président de la communauté urbaine pour prononcer la sanction litigieuse est établie ». Pour la cour, s’il est établi que le fonctionnaire a été victime, au cours de l’altercation, de coups violents auxquels il n’a pas répondu, « cette circonstance n’est pas de nature à justifier le défaut de maîtrise dont il a fait preuve initialement ». Les faits qui lui sont reprochés sont donc bien « au nombre de ceux qui peuvent légalement justifier l’édiction d’une sanction de blâme à raison de ces faits ». Contrairement aux allégations de l’agent, le président de la communauté urbaine de Bordeaux n’a pas commis une erreur manifeste d’appréciation.

Franck Vercuse

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques