Révocation pour manquements graves aux devoirs de policier municipal

Droits et obligations

En cette journée de la femme, revenons sur la révocation d’un policier municipal auquel il était notamment reproché des gestes déplacés envers sa supérieure hiérarchique et plusieurs autres collègues féminins.

À l’occasion d’un litige relatif à la révocation d’un agent, la cour administrative d’appel de Lyon a confirmé la légalité de la sanction infligée par le maire de Lyon. D’autant que le policier municipal en cause ne contestait plus en appel l’exactitude matérielle des faits qui lui étaient reprochés et qui ont consisté « en des gestes déplacés envers sa supérieure hiérarchique et plusieurs autres collègues féminins, en un abandon de poste, des absences injustifiées, plusieurs manquements au devoir d’obéissance à des ordres dont il n’est pas établi qu’ils étaient manifestement illégaux et de nature à compromettre gravement un intérêt public, des manquements à ses obligations de loyauté, plusieurs manifestations d’insubordination et de méconnaissance des règles internes à l’organisation du service ».

Cumul de manquements graves

Pour la cour, l’ensemble de ces agissements constitue bien « des manquements graves aux devoirs qui incombent à un policier municipal ». Dès lors, eu égard à l’ensemble et à la gravité des fautes commises, « le maire de Lyon n’a pas fait une appréciation erronée de ces fautes en prononçant à l’encontre de l’intéressé la sanction de révocation ». Le fait que l’agent ait précédemment fait l’objet d’appréciations favorables, qu’il n’a pas agi par intérêt personnel, ni retiré un profit pécuniaire des faits qui lui sont reprochés, ne remet pas en cause la sanction qui lui a été infligée.

Franck Vercuse

Texte de référence :

L'analyse des spécialistes

  • Comment réunir les organes délibérants des collectivités locales pendant l'état d'urgence sanitaire ? Élus

    Comment réunir les organes délibérants des collectivités locales pendant l’état d’urgence sanitaire ?

    17/11/20
    Pendant l'état d'urgence sanitaire, comment les membres des organes délibérants des collectivités locales peuvent-ils se réunir ? L'article 6 de la loi n° 2020-1379 du 14 novembre 2020 a défini les conditions de réunion d'un organe délibérant (conseil municipal, comité syndical, conseil communautaire, conseil métropolitain, conseil départemental, conseil régional et conseil territorial) d'une collectivité locale a minima jusqu'au 16 février 2021.
  • Quels ERP peuvent rester ouverts pendant le deuxième confinement ? Administration

    Quels ERP peuvent rester ouverts pendant le deuxième confinement ?

    12/11/20
    Les établissements recevant du public (ERP) sont en principe fermés pendant la durée du confinement débuté le 30 octobre 2020. Le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020, complété par le décret n° 2020-1358 du 6 novembre 2020, a néanmoins autorisé l'ouverture de certains ERP.
  • Protection fonctionnelle des agents : quelles précisions dans la circulaire du 2 novembre 2020 ? Droits et obligations

    Protection fonctionnelle des agents : quelles précisions dans la circulaire du 2 novembre 2020 ?

    09/11/20
    Suite à l'effroyable assassinat de Samuel Paty, la circulaire n° MEF l-020-09086 du 2 novembre 2020 a été prise pour renforcer la protection des agents publics face aux attaques dont ils font l'objet dans le cadre de leurs fonctions. Elle précise le champ de protection fonctionnelle de tout agent public.
  • Tous les articles juridiques