Rentrée scolaire 2020 : le gouvernement se prépare à toute éventualité

Éducation

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports vient de publier la circulaire de rentrée 2020.

Publiée mi-juillet 2020 au Bulletin officiel de l’Éducation nationale, la circulaire de rentrée 2020 détaille les priorités pour l’année scolaire 2020-2021.

« L’objectif prioritaire de cette rentrée est d’établir un cadre serein propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective », assure le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Le gouvernement veut résorber les écarts qui ont pu naître de la crise sanitaire, « ce qui implique d’identifier les besoins propres à chaque élève et d’y répondre de manière personnalisée ». Ces besoins peuvent consister en une réponse pédagogique, un soutien social, un accompagnement psychologique, énumère la circulaire.

Par ailleurs, la création d’un vaste ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports « est l’occasion de déployer une vision riche et cohérente du temps scolaire et du temps périscolaire de l’enfant », soutient celui-ci. L’année 2020-2021 sera ainsi caractérisée par le développement du sport et de la culture dans la vie de chaque élève. L’éducation physique et sportive, de même que l’ensemble des disciplines artistiques, seront au cœur de cette priorité.

L’année scolaire 2020-2021 poursuit quatre priorités :

  • Protéger la santé des élèves et des personnels ;
  • Développer l’esprit d’équipe, tant chez les adultes que chez les élèves, pour assurer notre mission fondamentale de transmission des savoirs et de réduction des écarts de niveau ;
  • Assurer la pleine inclusion de tous les enfants à besoins éducatifs particuliers ;
  • Transmettre les valeurs civiques.

Pour cela, le ministère mobilise des moyens dédiés :

  • 1 688 postes supplémentaires dans le premier degré à la rentrée scolaire 2020 (dont 1 248 postes créés dans le cadre de la crise sanitaire), qui s’ajoutent aux 10 517 créations de postes dans le premier degré depuis 2017 ;
  • 8 000 nouveaux postes d’accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH), dont 4 000 créations supplémentaires qui viennent s’ajouter aux 4 000 créations prévues en loi de finances initiale ;
  • 1 500 000 heures supplémentaires mobilisées pour renforcer l’accompagnement personnalisé et l’aide aux devoirs et 130 000 heures d’assistants d’éducation (AED) d’ici le mois de décembre, pour accompagner le début d’année. Ces moyens seront connus de chaque établissement avant la rentrée scolaire, et pourront, le cas échéant, faire l’objet d’ajustements tenant compte des difficultés rencontrées dans les territoires.

Lors de la prochaine rentrée scolaire, tous les élèves seront accueillis sur le temps scolaire, précise bien la circulaire. Afin de garantir la santé des élèves et des personnels, le respect des règles sanitaires essentielles devra être assuré : gestes barrière ; hygiène des mains ; port du masque pour les adultes et les élèves de plus de 11 ans lorsque les règles de distanciation ne peuvent être respectées dans les espaces clos, ainsi que dans les transports scolaires ; nettoyage et aération des locaux. Dans la mesure du possible, le déplacement des professeurs sera privilégié par rapport au déplacement des élèves. Les personnels de santé seront pleinement mobilisés à l’appui de cette politique sanitaire.

Dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes, du fait d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire national, un plan de continuité pédagogique sera mis en place pour assurer l’enseignement à distance, indique le ministère.

Pour accompagner les équipes placées dans cette situation, le ministère a élaboré un plan comprenant, outre le protocole sanitaire, le rappel des principales actions à conduire, des conseils et bonnes pratiques sur l’organisation du service et l’équipement numérique, les modalités d’activation des classes virtuelles du CNED et de Ma classe à la maison, et une sélection de ressources pédagogiques numériques à disposition des professeurs et des familles. Ces éléments, publics, sont destinés à appuyer les équipes dans leurs éventuelles démarches.

Parallèlement, un travail est réalisé avec les collectivités pour consolider et étendre les environnements numériques de travail. Avec leur concours, la conclusion des États généraux du numérique pour l’éducation sera organisée à Poitiers, le 4 et 5 novembre 2020. « Il s’agira de tirer un bilan de notre usage du numérique éducatif pour dégager des perspectives de développement, prévoit le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Enfin, la période de confinement et les conséquences économiques et sociales de cette crise sanitaire sans précédent peuvent fragiliser les élèves et leurs familles. Selon le ministère, il est donc indispensable d’associer l’ensemble des personnels – professeurs, médecins, infirmiers, conseillers principaux d’éducation, personnels administratifs, assistants sociaux, psychologues, AED, AESH… – à un suivi attentif des élèves, notamment de ceux qui présentent des risques de décrochage.

Posté le par

Recommander cet article