Litige sur le solde d'un marché de travaux : la procédure du CCAG à suivre

Exécution des marchés

Dans un arrêt du 27 octobre 2010, le Conseil d’État rappelle que pour déposer toute réclamation concernant le solde d’un marché de travaux, le requérant doit suivre toutes les étapes prévues au CCAG-Travaux. Mais la transgression de ces règles ne rend pas le décompte général définitif pour autant…

En cas de désaccord sur le décompte général d’un marché de travaux, le CCAG-Travaux prévoit un certain nombre d’étapes en ses articles 13 et 50 avant toute saisine du juge avec notamment la présentation d’un mémoire de réclamation par l’entrepreneur. Lorsque celui-ci omet certaines phases du CCAG, son recours devant le juge est déclaré irrecevable.
 
Mais cela ne clôt pas pour autant les choses. « Si le titulaire du marché n’est pas contractuellement recevable à saisir le tribunal administratif d’une contestation du décompte général sans s’être préalablement conformé à la procédure prévue pour le règlement des différends par l’article 50 du cahier des clauses administratives générales, l’irrecevabilité de la demande présentée en méconnaissance de ces stipulations n’a pas par elle-même pour effet de rendre le décompte général définitif », a ainsi précisé la haute juridiction administrative dans son arrêt du 27 octobre.
 
Bénédicte Rallu
 
Texte de référence :

 Téléchargez le document au format pdf CE 27 octobre 2010, Centre hospitalier des Quatre Villes, req. n° 332056

L'analyse des spécialistes

  • Administration

    La mise en place du répertoire électoral unique au 1er janvier 2019

    21/12/18
    La loi n° 2016-1048 du 1er août 2016 rénovant les modalités d'inscription sur les listes électorales a réformé les conditions d'inscription sur les listes électorales et la procédure de traitement des demandes d'inscription, en en facilitant les modalités et en créant le répertoire électoral unique1. Retour et explications sur ce dispositif.
  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Tous les articles juridiques