DGF 2021 : le gouvernement veut donner de la visibilité aux élus locaux

Finances locales

Le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales vient de rendre public le montant de la dotation globale de fonctionnement (DGF) 2021 pour les communes, les EPCI et les départements.

Le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a dévoilé, le 1er avril 2021, le détail des dotations globales de fonctionnement (DGF) de l’État dans les territoires. Les résultats de l’année 2021 sont accessibles via trois cartes interactives. Au programme :

  • DGF 2021 à l’échelle communale ;
  • DGF 2021 pour les EPCI ;
  • DGF 2021 à l’échelle départementale.

Pour la quatrième année consécutive, le gouvernement a fait le choix de stabiliser l’enveloppe globale de DGF à son niveau du début du quinquennat, à savoir 27 milliards d’euros. « Comme chaque année, des redéploiements ont lieu au sein de cette enveloppe, afin de tenir compte des dynamiques démographiques, des écarts de richesse ou encore des inégalités de charges entre collectivités », précise le ministère. Ces mouvements reflètent, en particulier, « l’effort de solidarité » en faveur des petites communes et des villes les plus modestes, au profit desquelles la loi de finances pour 2021 a prévu une augmentation de 180 millions d’euros des dotations de péréquation : dotation de solidarité rurale (DSR), dotation de solidarité urbaine (DSU). Les intercommunalités, notamment dans le monde rural, continuent pour leur part de bénéficier du rattrapage engagé il y a 2 ans sur la réforme de la dotation des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, qui progresse de 30 millions d’euros. Par ailleurs, la réforme de la péréquation en faveur des communes d’Outre-mer, amorcée l’année dernière, se poursuit, avec des attributions en hausse de 25 millions d’euros dans les départements ultramarins.

Pour le gouvernement, ces redéploiements doivent cependant rester « soutenables ». Ainsi, pour plus de 80 % des communes, la variation d’attribution par rapport à 2020 représente moins de 1 % de leurs recettes réelles de fonctionnement et, pour 92 %, moins de 2 % de ces recettes. Ces proportions sont supérieures à celles constatées l’année dernière (72 % et 87 %). « La DGF est donc encore plus stable cette année », se félicite le gouvernement. « Cette prévisibilité est bienvenue dans le contexte de crise sanitaire », conclut le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Posté le par

Recommander cet article