Réduction accrue des crédits: les maires des grandes villes veulent « une évaluation contradictoire »

Finances locales

L’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) a réclamé lundi 14 avril « une évaluation contradictoire » du projet gouvernemental de réduire de dix milliards d’euros de plus que prévu les crédits de l’État aux collectivités territoriales, émettant des doutes sur sa « soutenabilité ».

Dans sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls avait annoncé que « dix milliards supplémentaires » d’économies seraient demandés à ces collectivités entre 2015 et 2017, venant donc s’ajouter à la réduction de 4,5 milliards déjà décidée pour 2014 et 2015.

Majoritairement socialiste, l’AMGVF rappelle, dans un communiqué publié lundi, qu’avant même l’officialisation de ce chiffre, elle avait « exprimé sa très vive inquiétude en soulignant qu’une nouvelle diminution de 10 milliards d’euros conduirait à amputer près des trois quarts de la capacité d’autofinancement des collectivités à l’horizon 2017 ». Elle « demande qu’une évaluation contradictoire de la soutenabilité d’une nouvelle réduction des dotations sur un laps de temps aussi réduit soit effectuée entre l’administration et les représentants des collectivités ».

Outre les effets redoutés sur l’effort d’investissement des communes, départements et régions, elle fait valoir « qu’un budget local est soumis à des règles d’équilibre, à des fortes contraintes et à un carcan juridique particulièrement rigide (normes, régime de la fonction publique territoriale…) ». Dès lors, « il est légitime de s’interroger sur la faisabilité opérationnelle d’une telle inflexion à droit constant », déclare l’association.

L’AMGVF réclame aussi « un moratoire intégral sur les charges que l’État impose aux budgets locaux ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum