Haute fonction publique  : le directeur de Pôle emploi pilotera les travaux pratiques de la réforme

Fonction publique

Le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, va piloter une mission chargée de préparer en pratique la réforme de la Haute fonction publique, dont le cadre a été posé par une ordonnance le 2 juin 2021, a annoncé jeudi 17 juin 2021 le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques.

Cette mission de « préfiguration » sera chargée de la création de l’Institut national du service public (INSP), qui va remplacer l’ENA, et de la délégation interministérielle à l’encadrement supérieur de l’État (Diese), future DRH centrale des hauts fonctionnaires.
 
Elle doit décliner le cadre et les conditions d’exercice des deux institutions et définir leurs modalités d’organisation et de gouvernance.
 
L’INSP est chargé de « renforcer la formation initiale et continue des cadres supérieurs de l’État, la culture commune des hauts fonctionnaires et d’assurer un lien plus étroit avec le monde académique et la production de politiques publiques ». La Diese vise à « assurer une gestion renforcée et personnalisée, véritablement interministérielle des cadres supérieurs de l’État », précise la lettre de mission adressée à M. Bassères par le Premier ministre Jean Castex et la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, publiée le 17 juin.
 
La nomination de M. Bassères, choisi en tant que « grand serviteur de l’État qui a mené par le passé d’importants chantiers de transformation publique », ne « préjuge en rien de qui prendra les rênes de l’INSP », qui doit remplacer la prestigieuse École nationale d’administration à compter du 1er janvier 2022. Le gouvernement entend lancer des « appels à candidature », selon le ministère.
 
M. Bassères s’appuiera sur un groupe composé de dix personnes, cinq femmes et cinq hommes, représentant notamment le monde académique dont l’INSP entend se rapprocher, et sur des rapporteurs qui auront une fonction de consignation des travaux.
 
Le 8 juillet seront restitués les résultats d’une consultation des cadres de l’État sur ce qu’ils attendent de la réforme en matière de carrières notamment, qui a recueilli 6 500 réponses jusqu’à présent, et ceux des premiers travaux des groupes de travail techniques qui planchent sur la réforme, selon le ministère.
 
La mission Bassères fera un point d’étape sur ses travaux début ou mi-octobre pour une conclusion finale début novembre et une entrée en vigueur des principaux textes réglementaires au plus tard le 1er janvier 2022, selon le ministère.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article