Le temps de travail : une valeur à se réapproprier

Fonction publique

De nouvelles modalités de travail émergent face aux enjeux de transformation auxquels sont confrontées les organisations. L’organisation du travail devient ainsi un facteur clé de l’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Dans cette perspective, les organisations entreprennent de capitaliser sur les nouveaux modes de communication grâce au recours au télétravail. Elles utilisent de nouvelles formes d’aménagement du temps de travail qui permettent aux salariés d’optimiser leur temps et d’articuler leur activité professionnelle avec leur rôle de parent ou leur fonction d’aidant familial.

Le télétravail, nouvelle forme d’activité

Le télétravail peut-être défini comme toute forme d’organisation du travail dans laquelle une activité professionnelle qui aurait également pu être réalisée dans les locaux de l’employeur est effectuée par un salarié hors de ces locaux. Cette activité doit être exercée de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail.

Nécessairement encadré, le recours à cette forme d’activité introduit davantage de souplesse, en permettant par exemple aux salariés d’être présent à des moments clés de la journée de leurs enfants. Elle permet également d’aménager leurs horaires pour être disponible pour soutenir des personnes âgées dépendantes de leur entourage.

Grâce aux innovations technologiques et au développement de nouveaux outils de travail (téléphones portables, courriels), le télétravail lève un certain nombre de contraintes liées à la présence physique sur le lieu de travail. Ces innovations peuvent constituer une chance pour les salariés de mieux organiser leurs tâches professionnelles.

L’exigence d’équilibre travail-famille

Au sein de la fonction publique comme du secteur privé, la mise en place de solutions sur mesure d’aménagement du temps de travail permet de répondre aux exigences d’équilibre travail-famille des salariés. Elle intègre les contraintes et les besoins des services et favorise la mise en place de programmes de flexibilité du travail. Les salariés accèdent de ce fait à un meilleur contrôle sur leur emploi du temps.

L’individualisation de l’organisation du temps de travail tend toutefois à se développer, même si le temps partiel constitue la principale forme de flexibilité. Dans ce domaine, l’Europe affiche de grandes différences. La gestion flexible du temps de travail est répandue au Danemark et en Suède : 60 % des femmes et des hommes ont accès à ce type d’aménagement. À l’inverse, les États-membres du sud de l’Union européenne et les nouveaux États membres d’Europe de l’Est présentent de faible pourcentage en la matière.

« Gagner du temps » devient un des objectifs que vise la mise à disposition par une organisation de services ou d’aides auprès des salariés. Un autre de ces objectifs peut être de faciliter la vie quotidienne des salariés parents en mettant à leur disposition des services adaptés. Le principe défendu étant toujours de permettre aux salariés de continuer à exercer leur activité professionnelle et d’accomplir dans le même temps les tâches liées à leur vie familiale.

Force est cependant de constater que l’évolution des modes d’organisation a fortement ébranlé les repères d’autrefois. Désormais, le temps de travail fractionné, délocalisé, partagé est une valeur à se réapproprier.

 

Pour en savoir plus :

Bilan de l’application des dispositifs promouvant l’égalité professionnelle entre femmes et hommes, Les études du CESE, mars 2012

Rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes, Commission européenne, février 2009

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum