Métropole marseillaise : le calendrier sera respecté selon Marylise Lebranchu

Intercommunalité

La ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, s’est adressée lundi 29 octobre à Marseille aux maires et présidents d’intercommunalités des Bouches-du-Rhône pour leur rappeler la détermination de l’État dans la création d’une métropole marseillaise selon le calendrier prévu.

La ministre a insisté sur le fait que « la concertation ne pouvait pas durer des mois », et que le calendrier prévu par le gouvernement serait respecté : le texte sera écrit à partir du mois de « janvier 2013 », a-t-elle affirmé lors d’une conférence de presse à l’issue de sa rencontre avec 140 élus de la région. Également chargée de la réforme de l’État et de la Fonction publique, la ministre, qui porte l’épineux dossier de la métropole marseillaise, doit faire face à une fronde des élus de la région, qui voient d’un très mauvais œil la mutualisation des moyens entre Marseille et les villes alentour.

« Les quelques tensions qui persistent, il faut les prendre en compte », a tenté lundi de rassurer la ministre. « Ce n’est pas le projet d’un parti contre un autre, d’un élu contre un autre ou de l’État contre les collectivités. C’est le projet d’un gouvernement qui n’a qu’un objectif : assumer une responsabilité historique devant les deux millions d’habitants des territoires concernés », a martelé Mme Lebranchu.

Des neuf présidents d’intercommunalités présents lundi matin, seul Eugène Caselli, président de Marseille Provence Métropole (MPM), est favorable à la création d’une métropole. Le 27 octobre, les maires de plus de 60 communes des Bouches-du-Rhône avaient adressé une lettre ouverte au président de la République dans laquelle ils affirmaient leur refus de la création d’une métropole marseillaise. Les signataires de tous bords, dont la maire (UMP) d’Aix-en-Provence Maryse Joissains ou le député (PS) Jean-David Ciot, maire du Puy-Sainte-Réparade et premier secrétaire de la fédération socialiste départementale, y demandaient que « les projets sur l’organisation territoriale des Bouches-du-Rhône ne conduisent pas à la création d’une métropole à marche forcée ».

Alternant entre concession et volonté de respecter la volonté gouvernementale de voir la métropole créée au plus vite, Mme Lebranchu a répété lundi que la loi de 2010 sur les collectivités territoriales, contre laquelle une grande majorité d’élus s’étaient prononcés, serait abrogée.

Mais la ministre a également rappelé l’inflexibilité de la position de l’État », qui est « prêt à assumer ses responsabilités ». « Je pense au port, je pense au réseau ferré par exemple », a-t-elle souligné. « Mais l’État ne s’engagera pas dans une phase nouvelle de contractualisation sur ces grands projets (…) s’il n’y a pas une vraie gouvernance du développement économique. Ce n’est pas de la pression, c’est du donnant-donnant. C’est du gagnant-gagnant ».
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum