La riposte créative territoriale du CNFPT : sortir collectivement de la crise

Management

Tous les jeudis, pendant deux mois, nous partageons avec vous des initiatives de partenaires, de collectivités et d’agents. Cette semaine nous vous présentons l’initiative de la « riposte créative territoriale » du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT).

Dès le début de la crise sanitaire, le CNFPT a lancé un laboratoire d’expérimentation collaborative « Riposte créative territoriale – apprendre ensemble de la crise ».

Qu’est-ce que la Riposte ?

Cécile Joly, Directrice de la Mission Innovation publique collaborative et Laboratoire d’apprentissage du CNFPT et Isabelle Cazaunau, Conseillère formation, Référente locale membre du groupe national Innovation au CNFPT, la présentent comme un dispositif, co-créé avec les agents du CNFPT, les collectivités territoriales et leurs partenaires tendant à accompagner les acteurs territoriaux dans une dynamique collaborative de partage et de réponse à la crise ; un espace numérique « carrefour » de regroupement et de connexion autour d’initiatives, d’entraide en écho aux besoins des collectivités, a ainsi été créé. La Riposte propose un appui méthodologique et numérique, organise des ateliers collaboratifs et mène une activité de recherche en vue de partager les apprentissages de la crise et d’apporter des solutions organisationnelles collaboratives. Le site de la Riposte est une plateforme d’échanges et de productions sous Licence Creative Common.

D’où vient l’idée ?

À quelques jours de l’annonce du confinement, Séverine de Montredon, DGS de Castelnau-le-Lez, interpelle le CNFPT : « Comme une bouteille à la mer car il me semblait que la crise allait nous placer face à des défis nouveaux, auxquels il faudrait répondre de façon rapide et innovante ».

Nous recevrons le courriel le vendredi, témoigne Isabelle Cazaunau, et déposerons une proposition le lundi suivant. L’aventure collective des Ripostes était lancée.

D’où vient le nom ?

Laissons Bernard Alix, Chef de projet au sein de la Direction du Développement de la Formation du CNFPT nous l’expliquer. Le concept de « Riposte créative » a été créé par Christophe Dejours, fondateur de la psychodynamique du travail. Il signifie le dépassement de la mobilisation de stratégies de défense face à une situation déstabilisante. Les stratégies de défense permettent de faire face, de tenir, mais ne règlent pas l’origine du problème. En outre, elles ont donc un coût pour l’individu et/ou les organisations. La Riposte créative vise, quant à elle, à se confronter au problème et à faire émerger des solutions qui créent du pouvoir d’agir.

Riposte créative territoriale vise donc à favoriser l’émergence de territoires « capacitants ». Le site de la Riposte a vocation à être lui-même un espace « capacitant ».

Quel est l’objectif ?

Lancer une dynamique collective pour ouvrir la réflexion chez les professionnels de l’action publique et apporter des réponses publiques le plus rapidement possible.

L’objectif est aussi, bien évidemment, de définir une offre de services aux collectivités dans l’après crise, en termes d’accompagnement et de formation.

Quelles sont les premières leçons de la Riposte en termes d’accompagnement et de formation ?

Dans le cadre de la Riposte, le CNFPT a réalisé une vingtaine d’interviews de DGS. L’analyse de ces derniers conduit Pascale Chellin-Allanic, cheffe du service Accompagnement des dynamiques territoriales à la Direction du développement de la formation du CNFPT, à résumer en quatre axes les enseignements en termes de besoins que le CNFPT tire de la Riposte (voir son interview sur le site de la Riposte) :

  • développer des formations en distanciel autour de modules courts et d’une logique d’échanges et d’analyses de pratiques à distance ;
  • aider les collectivités à tirer le fruit de leur expérience à partir de l’analyse de ce qui s’est passé et de la projection des agents et des élus, et co-construire les actions avec elles pour redéfinir ensemble les politiques publiques, en accompagnant l’élaboration des plans de formation ;
  • développer une offre de formation renouvelée sur la gestion de crise, sur le management, sur le numérique et les outils collaboratifs ;
  • favoriser la transversalité pour traiter les grandes questions en mêlant les métiers et en aidant les collectivités à réaliser un diagnostic de leurs vulnérabilités, et à mettre en place des mesures de la réduction du risque.

Séverine Bellina et Hugues Périnel, Réseau service public

Posté le par

Recommander cet article