L’entretien professionnel : méthode et objectifs

Management

Depuis le 1er janvier 2015, l’entretien professionnel s’est substitué définitivement à la notation, sauf exceptions prévues par les statuts particuliers.

L’évaluation individuelle a été introduite dans la fonction publique comme complément indispensable à la procédure de notation pour l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires. Il s’agit, à travers l’entretien professionnel, d’avoir une approche plus objective et plus dynamique de la situation professionnelle de l’agent, de ses compétences, de sa manière de servir et de ses perspectives d’évolution. Le décret n° 2014-1526 du 16 décembre 2014 en fixe les modalités de mise en œuvre pour la fonction publique territoriale.

L’entretien professionnel se distingue de la notation

L’entretien professionnel consiste en un échange organisé annuellement entre l’agent et son supérieur hiérarchique direct. Il donne lieu à un compte rendu afin de répondre à la double exigence de responsabilité des managers et de transparence de l’exercice. C’est avant tout un temps de bilan sur l’année écoulée. Il permet d’analyser les résultats professionnels obtenus par l’agent eu égard aux objectifs qui lui ont été fixés l’année précédente, d’identifier les perspectives d’amélioration de ces résultats et de fixer, avec l’agent, les objectifs à conduire pour l’année suivante. Il se distingue de la notation notamment en ce qu’il est conduit par le supérieur hiérarchique direct et qu’il supprime la note chiffrée.

Un agent ne peut pas se faire accompagner au cours de l’entretien par un représentant du personnel ou par toute autre personne de son choix. Une telle présence, contraire à l’esprit du dispositif, nuirait à la sincérité de l’exercice et irait à l’encontre du caractère individuel et personnel de l’évaluation. Une demande de révision peut être introduite auprès de l’autorité territoriale. La commission administrative paritaire en est saisie à la demande de l’agent s’il n’est pas satisfait de la réponse apportée par l’autorité territoriale à sa demande de révision. Il peut également être contesté devant la juridiction administrative.

Afin d’assurer une certaine homogénéité tant dans l’organisation que le déroulé de l’entretien professionnel, le décret du 16 décembre 2014 précité  précise les différents thèmes à aborder au cours de l’entretien et les quatre critères, extraits de ces thèmes pouvant servir de base à l’appréciation de la valeur professionnelle de l’agent au terme de l’entretien. Ces critères sont fixés après avis du comité technique paritaire. Le compte rendu de l’entretien professionnel est établi par le supérieur hiérarchique direct et est visé par l’autorité territoriale qui le complète, le cas échéant, de ses observations.

Les objectifs de l’entretien professionnel, hors évaluation professionnelle

L’entretien professionnel vise également à apprécier les acquis de l’expérience professionnelle des agents, c’est-à-dire leurs compétences et leur savoir-faire acquis dans l’exercice de leurs fonctions au regard de ceux qui sont requis par le poste. Il est l’occasion d’évoquer les besoins de formation de l’agent, ainsi que ses perspectives d’évolution en termes de carrière et de mobilité. Il s’agit d’orienter les agents dans leurs choix de formation et de les accompagner dans la construction de leur parcours professionnel.

L’entretien professionnel constitue le fondement, à travers son compte rendu, de l’attribution éventuelle de réductions ou de majorations d’ancienneté pour accéder d’un échelon à un échelon supérieur de son grade. D’autres thèmes peuvent y être abordés, comme la nature des tâches à accomplir par les agents concernés et le niveau de leurs responsabilités. Cette diversité doit permettre une approche plus qualitative, plus professionnelle et en même temps plus globale de l’agent.

Il peut servir de fondement à la modulation du régime indemnitaire, lorsque celui-ci comprend une part variable établie en fonction de la manière de servir ou des résultats professionnels de l’agent. Le décret du 16 décembre 2014 rappelle enfin l’obligation légale d’effectuer un bilan annuel de l’expérimentation de l’entretien professionnel. Ce bilan est à communiquer au comité technique paritaire et à transmettre au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

L’entretien professionnel permet une meilleure reconnaissance de la valeur professionnelle des agents dans les actes de gestion des ressources humaines structurants pour le déroulement de leur carrière. Il faut cependant laisser le temps aux administrations de s’adapter et de s’approprier les entretiens professionnels avant de les réformer à nouveau, ce qui n’est pas ce que semble prévoir le projet d’accord relatif aux « parcours professionnels, carrières et rémunérations » actuellement en cours de discussion.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum