Fonction publique hospitalière : mise en œuvre de l’entretien professionnel en lieu et place de la notation

Santé

Dès l’an prochain, l’appréciation de la valeur professionnelle des agents de la fonction publique hospitalière sera basée sur un entretien individuel.

Exit la notation, bienvenue à l’entretien individuel. Un décret du 12 juin 2020 fixe les nouvelles conditions de l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de la fonction publique hospitalière (FPH). En lieu et place de la notation, ce texte instaure donc l’entretien individuel. Le décret entrera en vigueur le 1er janvier 2021 et s’appliquera ainsi aux entretiens professionnels conduits au titre de l’année 2020.

L’article 2 du décret stipule que l’agent bénéficie chaque année d’un entretien professionnel, organisé dans des conditions permettant de garantir la confidentialité. Celui-ci donnera lieu à un compte rendu. La date de cet entretien sera fixée par l’autorité compétente et communiquée à l’agent au moins huit jours à l’avance.

La convocation sera accompagnée de la fiche de poste de l’intéressé et d’un exemplaire de la fiche d’entretien professionnel servant de base au compte rendu.

C’est le supérieur hiérarchique direct de l’agent qui sera chargé de conduire l’entretien professionnel. Ce rendez-vous annuel visera à analyser en commun le bilan des actions menées pendant l’année écoulée et à fixer les objectifs prioritaires pour l’année à venir. Il devra également permettre à l’agent de s’exprimer sur l’exercice de ses fonctions et son environnement professionnel, ainsi que, le cas échéant, d’exprimer ses souhaits d’évolution de carrière. Pour cela, il portera notamment sur :

  • L’atteinte des objectifs fixés lors de l’entretien professionnel de l’année précédente ou à l’occasion de sa prise de fonction, lorsque celle-ci sera intervenue dans l’année, en lien avec les conditions d’organisation et de fonctionnement de la structure dont il relève ;
  • Sa manière de servir ;
  • Les acquis de son expérience professionnelle ;
  • Ses souhaits et perspectives d’évolution professionnelle en termes d’évolution de missions, de changement d’affectation, de mobilité ou de promotion professionnelle ;
  • Le cas échéant, ses capacités et son intérêt pour les fonctions d’encadrement ;
  • Les objectifs fixés pour l’année à venir, participant de l’amélioration de ses compétences professionnelles, et tenant compte, le cas échéant, des perspectives d’évolution des conditions d’organisation et de fonctionnement de la structure ;
  • Ses besoins de formation eu égard, notamment, aux évolutions des techniques et des métiers, et, s’agissant des personnels soignants, à l’évolution des modes de prise en charge. Ces besoins devront prendre en compte les missions confiées, les compétences que l’agent doit acquérir et son projet professionnel.

Les comptes rendus des entretiens professionnels seront pris en compte pour établir le tableau d’avancement.

Posté le par

Recommander cet article