À Chartres, la notation des policiers dépend dorénavant du nombre des PV dressés

Management

Les policiers du commissariat de Chartres seront désormais notés également en fonction du nombre des contraventions dressées, selon une note de service consultée jeudi 31 octobre 2013 par l’AFP.

Dans cette note de service datée du 25 octobre, un commandant de police évoque la baisse, voire l’inexistence de l’activité contraventionnelle du commissariat de Chartres « depuis la mise en place du procès verbal électronique« .

Il prévient donc que « l’activité contraventionnelle » figurera dorénavant dans les critères de notation de chaque fonctionnaire. « Tout manquement à cette consigne devra être signalé par les chefs de brigade », ajoute-t-il. La notation d’un fonctionnaire de police peut jouer dans son éventuel avancement, pour ses mutations ou les stages qu’il souhaite effectuer.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, à de nombreuses reprises, a  assuré que la politique du chiffre était abandonnée. Il avait notamment déclaré en juin 2012 vouloir « passer d’une politique du chiffre à une exigence de sécurité pour tous les Français ».

« Non content de nous menacer de supprimer nos repos, voilà maintenant que l’on sous-entend qu’il n’y aura pas d’évolution de carrière si le policier n’a pas d’activité contraventionnelle soutenue », a réagi le secrétaire général adjoint du syndicat Alliance (2e syndicat des gardiens de la paix), Frédéric Lagache. « On voit bien le décalage entre la volonté ministérielle de ne pas faire du chiffre et la réelle application sur le terrain », a-t-il ajouté.

Le 24 octobre, l’AFP avait fait état d’une autre note signée par un commandant de la CRS autoroutière du sud de l’Île-de-France demandant aux CRS sous ses ordres de dresser au moins trois procès verbaux électronique par vacation, sous peine de ne pas leur accorder de repos en fin d’année. La Direction générale de la police nationale (DGPN) avait nié toute « politique de quotas » de PV « au plan national ».
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013
 

Weka vous propose de découvrir une fiche extraite de l’ouvrage Gérer un service de police municipale au quotidien :

 

Livre blanc

Le policier municipal et le procès-verbal électronique

Lancé en 2009, le procès-verbal électronique (PVe) est déployé progressivement sur le territoire et sa mise en place est effective depuis juin 2012 pour les services de gendarmerie et de police nationale. Quelles sont les ...

Télécharger le livre blanc

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques