À quelles conditions l'entrepreneur peut-il engager la responsabilité du maître d'œuvre ?

Marché public de travaux

Le participant à une même opération de construction peut rechercher la responsabilité quasi-délictuelle de l’un des autres participants à cette opération de construction, avec lequel il n’est lié par aucun contrat, pour obtenir l’indemnisation des conséquences onéreuses résultant des difficultés auxquelles il a été confronté dans l’exécution de son marché du fait de ce participant.

En l’espèce, les travaux confiés à l’entrepreneur, qui portaient sur la réparation d’un ouvrage d’art construit et mis en service depuis plusieurs décennies, ne pouvaient être précisément identifiés et évalués qu’à l’issue d’études et sondages nécessitant l’interruption de la circulation et la démolition partielle de certaines parties de l’ouvrage. Dès lors, le dossier de consultation des entreprises ne pouvait être exhaustif, sans que cela ne constitue en l’espèce une faute, et ce d’autant que certains sondages, études et définitions de certains travaux nécessaires ne pouvaient être effectués que durant la phase d’exécution des travaux. Au vu des documents de la consultation des entreprises, le titulaire du marché de travaux ne pouvait ignorer les risques qu’il encourait, en soumissionnant à des prix, qui ne couvraient pas un aléa détecté dès le stade de la mise en concurrence. Par suite, en l’absence de faute du maître d’œuvre, la société requérante n’est pas fondée à demander sa condamnation à lui verser une indemnisation correspondant aux préjudices qu’elle prétend avoir subi, du fait d’une période de préparation anticipée, de carences du maître d’œuvre, ou de la modification du projet.

 

Texte de référence : CAA de Lyon, 4e chambre, 2 juillet 2020, n° 18LY00138, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques