Le conseil général de l'Essonne expérimente le CV anonyme

Parité

Le conseil général de l’Essonne va expérimenter pendant six mois le CV anonyme pour le recrutement de ses agents, a annoncé, lundi 6 janvier 2014 son président, le socialiste Jérôme Guedj.

Le patronyme, le sexe, l’âge, la nationalité, l’adresse vont être rendus invisibles dès lundi sur le logiciel de dépôt de candidature du conseil général qui emploie près de 4 700 agents et recrute plusieurs dizaines de personnes par an. « Nous avons l’ambition de lutter contre les discriminations et les préjugés. Il faut que l’on soit exemplaire. Nous souhaitons donc que seuls les parcours professionnels et la formation soient mis en avant », a déclaré M. Guedj.

« La loi sur l’égalité des chances prévoyait sa création mais les décrets d’application ne sont jamais parus. Une étude a souligné qu’il pouvait avoir des effets pervers. Je n’ai pas de religion sur le CV anonyme. On ne peut pas juger le dispositif si on ne l’expérimente pas. Regardons à l’échelle d’une collectivité », a ajouté le président du conseil général de l’Essonne.

L’expérimentation est prévue pour durer six mois. Elle est menée en partenariat avec l’Observatoire des discriminations présidée par  le sociologue Jean-François Amadieu et un cabinet de ressources humaines. Ses résultats statistiques seront comparés avec les recrutements effectués par le conseil général pendant le premier semestre 2013. « Nous verrons s’il y a des distorsions », a commenté M. Guedj.

Une étude quantitative du Centre de recherche en économie et statistiques (Crest) publiée en avril 2011 avait souligné que les CV anonymes expérimentés dans plusieurs grandes entreprises n’avantageraient pas les demandeurs d’emploi issus de l’immigration, mais les pénaliseraient au contraire.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques