Contrats de partenariat : nouvelles retouches

Partenariat public-privé

Crise économique oblige, les contrats de partenariats peinent à trouver des financements. L’État prend les grands moyens et apporte sa garantie pour un montant maximal de 10 milliards d’euros.

La mesure a été votée dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2009, le 29 janvier. Elle concerne les contrats conclus avant le 31 décembre 2010 et portant sur des ouvrages et équipements dont la réalisation est située en France. La garantie ne peut porter sur plus de 80 % du montant des prêts. Dans le cadre du plan de relance voté par le Parlement le 29 janvier, il a également été décidé que le financement définitif des contrats de partenariat conclus par les collectivités territoriales pouvait ne plus être assuré majoritairement par le titulaire du contrat. Il suffit que les projets dépassent un montant supérieur à un seuil fixé par décret. Le chiffre de 300 millions d’euros a été avancé.

Exceptionnellement en 2009 et 2010, les offres finales remises en vue de conclure un contrat de partenariat pourront être présentées sans bouclage financier définitif. La personne publique devra indiquer cette possibilité dans la publicité et fixer un délai pour la présentation du financement définitif.

La créance ne peut être cédée qu’à hauteur de 80 %. Après tergiversations, ce taux a été finalement estimé « équilibré » par les parlementaires. Les contrats de partenariat éligibles aux subventions peuvent également bénéficier de redevances et participations financières.

Les entités adjudicatrices (opérateurs de réseaux d’énergie, d’eau et des transports) pourront utiliser la procédure négociée quel que soit le montant du contrat. Au-delà des seuils communautaires, est simplement exigée une mise en concurrence préalable précédée d’une publicité.

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques