Les députés encadrent le recours aux partenariats public-privé

Partenariat public-privé

Les députés ont voté un amendement mercredi soir pour sécuriser le recours aux partenariats public-privé (PPP) par les collectivités locales ou les administrations pour faire de grands projets qui les placent parfois dans des situations budgétaires très difficiles.

Utilisé pour construire des stades, des prisons ou des hôpitaux, le PPP est un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public. Généralement, le prestataire reçoit en contrepartie un paiement sous forme de loyer sur plusieurs dizaines d’années.

Le recours au PPP permet donc aux collectivités territoriales ou à l’État de concevoir plus facilement de grands projets car les dépenses engagées n’apparaissent pas en dépense d’investissement mais en dépense de fonctionnement. Mais il peut constituer « une bombe à retardement budgétaire » du fait des remboursements de loyers.

Selon cet amendement adopté lors de l’examen de la loi de programmation budgétaire 2014-2019, les établissements publics de santé et les administrations centrales devront recourir à l’expertise de leur ministère de tutelle s’ils veulent recourir à un PPP.

Les collectivités locales sont aussi invitées à s’appuyer sur l’expertise de l’État sur les conséquences financières du projet même si elles seront libres de ne pas suivre ces avis.

« De 2007 à 2012, il y a eu 17 milliards d’euros de PPP », a précisé le socialiste Dominique Lefebvre, auteur de l’amendement.

« Compte tenu de leur complexité technique, juridique et financière, les PPP soulèvent des risques budgétaires, financiers et de gestion publique importants », a-t-il souligné.

Or, « les acheteurs publics qui ne recourent que très occasionnellement à ce type de contrat ne sont pas en mesure de développer une capacité d’expertise suffisante leur permettant de conduire efficacement une négociations avec des groupements privés particulièrement aguerris ».

Les députés ont achevé mercredi soir l’examen de la loi de programmation pluriannuelle qui sera votée mardi prochain. Jeudi ils se plongeront dans les articles du projet de loi de finances 2015.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques