Seuil de dispense de procédure : 4 000 euros, un point c’est tout

Passation des marchés

Le seuil de dispense de procédure lors de la passation d’un marché public restera à 4 000 euros.

Et ce malgré les arguments de plusieurs parlementaires, mécontents de l’annulation par le Conseil d’État des dispositions du décret du 19 décembre 2008 relevant le seuil de l’article 28 du Code des marchés publics de 4 000 à 20 000 euros.

Dans une question écrite, la députée du Nord, Christine Marin (UMP), argue que cette décision de la haute juridiction ne prend pas en compte « l’efficacité de la commande publique et la bonne utilisation des deniers publics
». Le sénateur de Charente-Maritime, Michel Doublet (UMP), explique qu’elle « prive les collectivités d’une souplesse de gestion
».
« De plus,
dit-il, le coût des procédures et leur complexité sont autant de freins à l’initiative de projets, à l’efficience de la commande publique et de la bonne gestion des crédits publics
».
Quant à Isabelle Vasseur, députée de l’Aisne (UMP), elle qualifie cette mesure de « fort préjudiciable pour nos petites collectivités
».
Dans sa réponse, le ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État indique que « définir un seuil de dispense de procédure différent de 4 000 euros hors taxes est illusoire
».
Le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, qui répond en termes similaires, explique lui aussi que les principes d’égalité d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures découlent des articles 6 et 14 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. « Ce fondement constitutionnel ne permet pas d’adopter en droit interne un régime exactement identique à celui mis en place par nos voisins européens.
»

QE n° 73597,
JO du 9 mars 2010, réponse,
JO du 29 juin 2010 ; QE n° 12927,
JO Sénat du 8 avril 2010, réponse,
JO Sénat du 1er
juillet 2010 ; QE n° 78863,

JO du 18 mai 2010, réponse,
JO du 6 juillet 2010.

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques