Seuil de dispense de procédure : 4 000 euros, un point c’est tout

Passation des marchés

Le seuil de dispense de procédure lors de la passation d’un marché public restera à 4 000 euros.

Et ce malgré les arguments de plusieurs parlementaires, mécontents de l’annulation par le Conseil d’État des dispositions du décret du 19 décembre 2008 relevant le seuil de l’article 28 du Code des marchés publics de 4 000 à 20 000 euros.

Dans une question écrite, la députée du Nord, Christine Marin (UMP), argue que cette décision de la haute juridiction ne prend pas en compte « l’efficacité de la commande publique et la bonne utilisation des deniers publics
». Le sénateur de Charente-Maritime, Michel Doublet (UMP), explique qu’elle « prive les collectivités d’une souplesse de gestion
».
« De plus,
dit-il, le coût des procédures et leur complexité sont autant de freins à l’initiative de projets, à l’efficience de la commande publique et de la bonne gestion des crédits publics
».
Quant à Isabelle Vasseur, députée de l’Aisne (UMP), elle qualifie cette mesure de « fort préjudiciable pour nos petites collectivités
».
Dans sa réponse, le ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État indique que « définir un seuil de dispense de procédure différent de 4 000 euros hors taxes est illusoire
».
Le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, qui répond en termes similaires, explique lui aussi que les principes d’égalité d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures découlent des articles 6 et 14 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. « Ce fondement constitutionnel ne permet pas d’adopter en droit interne un régime exactement identique à celui mis en place par nos voisins européens.
»

QE n° 73597,
JO du 9 mars 2010, réponse,
JO du 29 juin 2010 ; QE n° 12927,
JO Sénat du 8 avril 2010, réponse,
JO Sénat du 1er
juillet 2010 ; QE n° 78863,

JO du 18 mai 2010, réponse,
JO du 6 juillet 2010.

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques