Philippe Richert se réjouit de la décision de la Commission Européenne d'approuver le régime français d'aide à la protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale

Protection sociale

Le ministre chargé des Collectivités territoriales s’est réjoui que la Commission Européenne ait conclu, le 24 février dernier, à la compatibilité du « régime d’aide à la protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale proposé par la France avec les règles du traité de l’UE relatives aux aides d’État en raison de son caractère social ».

La Commission Européenne a, en effet, considéré que le régime français était compatible avec le marché intérieur en raison du caractère social de la mesure d’aide en cause, qui bénéficiera entièrement aux agents. Pour rappel, l’application de ce dispositif a reçu un avis favorable au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) le 22 décembre 2010 et son décret d’application devrait être publié à la fin du printemps pour une mise en œuvre en 2012 (voir notre article La participation financière des employeurs à la protection sociale complémentaire bientôt sur les rails).

Pour le ministre, « cet accord, va permettre de mettre en œuvre un dispositif très attendu tant par les employeurs territoriaux que par les agents ». Actuellement, le montant total des participations versées par les collectivités est d’environ 56,70 millions d’euros par an, ce qui correspond en moyenne à 42 euros par agent et par an. « Ce nouveau dispositif permettra une participation accrue et une meilleure couverture des risques, notamment du risque prévoyance dans son volet relatif au maintien de la rémunération en cas de maladie », a déclaré Philippe Richert.

La version non confidentielle de la décision de la Commission Européenne sera publiée dans le registre des aides d’État sous le numéro n° 495/2010 sur le site internet de la DG concurrence, une fois tous les problèmes de confidentialité résolus.

En savoir plus : http://ec.europa.eu/

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques