Philippe Richert se réjouit de la décision de la Commission Européenne d'approuver le régime français d'aide à la protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale

Protection sociale

Le ministre chargé des Collectivités territoriales s’est réjoui que la Commission Européenne ait conclu, le 24 février dernier, à la compatibilité du « régime d’aide à la protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale proposé par la France avec les règles du traité de l’UE relatives aux aides d’État en raison de son caractère social ».

La Commission Européenne a, en effet, considéré que le régime français était compatible avec le marché intérieur en raison du caractère social de la mesure d’aide en cause, qui bénéficiera entièrement aux agents. Pour rappel, l’application de ce dispositif a reçu un avis favorable au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) le 22 décembre 2010 et son décret d’application devrait être publié à la fin du printemps pour une mise en œuvre en 2012 (voir notre article La participation financière des employeurs à la protection sociale complémentaire bientôt sur les rails).

Pour le ministre, « cet accord, va permettre de mettre en œuvre un dispositif très attendu tant par les employeurs territoriaux que par les agents ». Actuellement, le montant total des participations versées par les collectivités est d’environ 56,70 millions d’euros par an, ce qui correspond en moyenne à 42 euros par agent et par an. « Ce nouveau dispositif permettra une participation accrue et une meilleure couverture des risques, notamment du risque prévoyance dans son volet relatif au maintien de la rémunération en cas de maladie », a déclaré Philippe Richert.

La version non confidentielle de la décision de la Commission Européenne sera publiée dans le registre des aides d’État sous le numéro n° 495/2010 sur le site internet de la DG concurrence, une fois tous les problèmes de confidentialité résolus.

En savoir plus : http://ec.europa.eu/

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques