Publication de la circulaire sur la participation des collectivités locales à la protection sociale complémentaire des agents territoriaux

Protection sociale

La nouvelle circulaire sur la participation des collectivités locales à la protection sociale complémentaire de leurs agents permet de préciser et d’expliquer certains points du décret dont l’interprétation pourrait être ambigüe.

Elle constitue, avec le décret et la loi n° 2007-148 du 2 février 2007, un ensemble de documents, base juridique, permettant de mettre en œuvre la participation financière des employeurs publics qui ne pourra être effective qu’après le 31 août 2012, date à partir de laquelle la première liste des contrats labellisés devrait être publiée.

Il convient de remarquer que les renseignements fournis par l’employeur ou son mandant, lors de l’appel à concurrence, devront obligatoirement comporter le montant – même indicatif – de la participation de l’employeur. De plus, les collectivités ne pourront pas se rattacher à une convention déjà conclue par un centre de gestion notamment, ce qui peut impliquer pour les centres de gestion l’obligation de conclure plusieurs conventions en fonction des demandes des collectivités.

Le mandat préalable de la collectivité au centre de gestion est exigé pour que celui-ci puisse initier la procédure d’appel à concurrence. Par contre, la définition et les conditions du mandat restent à préciser. Cela peut être cause de contentieux quant à la responsabilité des uns et des autres dans le cas de litiges entre l’adhérent et l’opérateur. En outre, malgré certaines précisions sur la mise en œuvre de la solidarité, les retraités sont toujours mal traités car l’information ne leur est pas délivrée. Ils doivent se la procurer soit en se rapprochant de leur ancien employeur, soit d’une manière plus générale, en consultant les sites du ministère ou des caisses de retraite ou en en lisant les revues.

 

Texte de référence : Circulaire n° RDFB1220789C du 25 mai 2012 relative aux participations des collectivités territoriales et de leurs établissements publics à la protection sociale complémentaire de leurs agents

 

Livre blanc

Mettre en place une protection complémentaire

Téléchargez

Les collectivités territoriales et leurs établissements publics peuvent participer au financement des garanties de protection sociale complémentaire auxquelles souscrivent leurs agents (article 22 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983).

Cette participation est facultative et ne peut concerner que les contrats et règlements qui répondent à des critères sociaux de solidarité

Vous souhaitez mettre en place une protection complémentaire à destination des agents de votre collectivité ou de votre établissement. Comment procéder et quelles sont les étapes à respecter ?

Pour quelle couverture opter : la couverture santé ? Prévoyance ?

Quelle est la réglementation applicable ?

Téléchargez gratuitement cet extrait du service documentaire Pratique des RH territoriales qui vous est offert par les Éditions WEKA.

 

 

Pour aller plus loin :

Weka Formation : Nouveau régime de protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale

Objectifs :

– Découvrir le nouveau cadre du régime de protection sociale complémentaire.

– Savoir identifier les points clés : recommandations et points de vigilance.

– Savoir mener un projet pour la mise en place d’un nouveau régime de protection sociale.
 

Date : 15 octobre 2012 Paris

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques