Changements au travail : les effets sur la santé dépendent de l’information des salariés

Santé et sécurité au travail

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés mais leurs effets « dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés », et encore plus de leur participation à la décision, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi 25 septembre.

Parmi les salariés ayant connu au moins un changement important, 14 % signalent un symptôme dépressif, contre 9 % pour les autres, selon cette étude de la Dares*, le service des statistiques du ministère.

En 2013, 24 % des salariés disent « craindre pour leur emploi dans l’année qui vient » et 21 % disent « vivre des changements imprévisibles », selon l’étude. Celle-ci s’appuie sur les données de l’enquête Conditions de travail Insee/Dares 2013, menée auprès d’un échantillon de 34 000 personnes en emploi, interrogées en face à face.

Craindre pour son emploi peut parfois englober une crainte de la dégradation de ses conditions de travail, souligne la Dares, en évoquant le cas des fonctionnaires.

Une enquête de l’Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA) avait montré en 2013 que le premier facteur de stress au travail en Europe était « la réorganisation du travail ou l’insécurité de l’emploi », avant « la charge de travail », le « harcèlement » ou le « manque de soutien des collègues et des supérieurs », rappelle la Dares.

Plus les salariés ressentent fortement de l’insécurité, plus souvent ils présentent des symptômes dépressifs. Parmi ceux qui à la fois craignent pour leur emploi et vivent des changements (7 % de l’ensemble des salariés), 28 % présentent un symptôme dépressif, un risque 2,8 fois supérieur à ceux qui ne craignent rien.

La participation des salariés est-elle de nature à diminuer ce risque ? L’étude répond positivement. Parmi les salariés qui font part d’au moins un changement, 56 % estiment « avoir reçu une information suffisante et adaptée » et 17 % ont eu « l’impression d’avoir une influence sur la mise en œuvre de ces changements ». Chez ces derniers, seulement 6 % présentent un symptôme dépressif, contre 21 % chez ceux qui estiment n’avoir été ni informés ni consultés. Ceux qui ont été consultés mais pas écoutés sont 13 % à être atteints.

En 2013, les changements ont concerné quatre salariés français sur dix (au moins un changement pour 39 %), selon l’étude de la Dares. Les plus cités concernent « l’organisation du travail », les « techniques utilisées », « une restructuration ou déménagement », un « rachat ou changement dans l’équipe de direction », devant un plan de licenciement.

 

* Source : Insécurité du travail, changements, organisationnels et participation des salariés : quel impact sur le risque dépressif ?, Thomas Coutrot, Dares, septembre 2017

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

 

REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ ETOILE.FR

Imaginez un réseau qui vous ressemble, 100 % dédié à la Fonction Publique Territoriale, basé sur l'échange et le partage entre pairs.
Rejoignez la Communauté ETOILE.fr et faites avancer vos métiers en contribuant à leur promotion et à la valorisation de vos territoires.

Rejoindre Etoile

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum